Liste des auteurs

Marie Barbier | L’Humanité du 14,06,2008

« Le mouvement des sans-papiers est inarrêtable ! »

dimanche 15 juin 2008 par Mathieu Baratier
Immigration . Réunis en meeting, jeudi, à Paris, les salariés menacent de lancer une troisième vague de grèves avec la CGT et Droits Devant ! !.

« Vous bossez ici, vous vivez ici, vous resterez ici ! » clame Raymond Chauveau sous un tonnerre d’applaudissements. Face à lui, une salle surchauffée, quelque deux mille personnes venues assister au meeting des travailleurs sans papiers, jeudi soir, à la Halle Carpentier, dans le 13e arrondissement de Paris. « L’espoir s’est installé dans les coeurs, les échines se redressent, tonne Jean-Claude Amara, de Droits Devant ! !. Le gouvernement doit comprendre que ce mouvement est inarrêtable ! »

Plus de deux mois après le lancement des premières grèves et occupations, loin de s’essouffler, le mouvement prend de l’ampleur. La CGT compte désormais une quarantaine de sites occupés et 700 salariés en grève. Sur les 1 500 demandes de régularisation déposées jusqu’à présent, 400 ont obtenu l’assurance d’une régularisation. « C’est beaucoup, mais c’est encore trop peu, soupire Francine Blanche, de la CGT. À ce rythme-là, on va tout exploser. Chaque jour, de nouveaux travailleurs sans papiers sortent de l’ombre et des dizaines d’entreprises attendent pour se mettre en grève. » Et d’assurer que le syndicat est prêt à lancer une troisième vague de grève et d’occupations, « plus importante que la première et la deuxième réunies », si le gouvernement ne répond pas à leurs exigences.

Pour la première fois, une quinzaine de départements de province seraient concernés. « Nous disons solennellement au gouvernement : vous devez faire respecter l’égalité de traitement dans toutes les préfectures. » La CGT dénonce des inégalités, notamment dans les pièces à fournir pour constituer les dossiers. Mais également dans les papiers obtenus : récépissés pour les uns, autorisations de séjour provisoires (ASP) pour les autres, avec ou sans autorisation de travail… « Ils ont le droit d’être en grève, mais pas de travailler !, ironise Raymond Chauveau. Il est temps que le gouvernement arrête avec ses baronnies préfectorales. »

Autre aberration : certains travailleurs se sont vu refuser leur régularisation faute d’un salaire suffisant… Les femmes, une centaine dans le mouvement, sont particulièrement touchées. Ana Azaria, présidente de Femmes Égalité, réclame des « critères plus souples, qui puissent s’appliquer aux femmes à temps partiel ». Sur la tribune, Fanta, salariée de l’entreprise Manet, en grève depuis le 23 mai, témoigne, devant un public ému : « Être sans papiers, ce n’est pas une fatalité. La lutte commence tout juste. N’ayons plus peur, montrons-nous ! » Et Francine Blanche de conclure : « De la part de tous les salariés, nous vous disons merci. »

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !