Liste des auteurs

Clotilde Mathieu | L’Humanité le 27.05.2008

Le mythe de la « participation » reprend du service

mardi 27 mai 2008 par Clotilde Mathieu
POUVOIR D’ACHAT . Pas question d’augmenter les salaires, mais de nouvelles exonérations aux entreprises : Nicolas Sarkozy ressort les vieilles recettes.

Après l’échec des heures supplémentaires défiscalisées, sans impact sur le pouvoir d’achat des Français, Nicolas Sarkozy peine, sur ce sujet, à convaincre. Dans l’espoir de « rebondir », il a annoncé, hier, lors d’un déplacement dans une entreprise de l’Oise, son souhait de voir doublées en quatre ans les sommes versées aux salariés au titre de l’intéressement aux bénéfices de l’entreprise. Le chef de l’État a également affirmé que la participation pourrait être débloquée « tout de suite ». Un dispositif dont l’objectif est de tempérer le mécontentement qui gronde, dans le pays, face à la « modération salariale » exigée par Bruxelles et le patronat français au nom de la lutte contre l’inflation. En 2005, les 4,2 millions de salariés français qui ont bénéficié d’une prime d’intéressement sur les bénéfices ont touché 6 milliards d’euros. Et près de 7 milliards dont été versés au titre de la participation dans les entreprises de plus de 50 salariés. Pour inciter les PME à développer ce type de rémunération, le président de la République a promis aux entreprises « un crédit d’impôt de 20% » pour « chaque centime d’euro d’intéressement ». Ce énième allégement fiscal, a-t-il toutefois précisé, concernera « les entreprises qui n’avaient pas d’accord jusqu’à présent ». Il sera versé « pendant les trois ans de l’accord ». « Pour les entreprises qui ont déjà un accord, nous allons les inciter à les renégocier pour les rendre plus avantageux. Ainsi, chaque entreprise qui, par un nouvel accord, versera plus à ses salariés que précédemment, bénéficiera d’un crédit d’impôt de 20% sur le surplus d’intéressement distribué, et ce pendant les trois ans de son accord », a-t-il ajouté. Confiés conjointement aux ministres Christine Lagarde (Économie), Xavier Bertrand (Travail) et Laurent Wauquier (Emploi), le projet de loi sur la participation et l’intéressement doit être présenté en Conseil des ministres avant l’été pour un vote au Parlement « au plus tard à l’automne ».

Une « amélioration » du pouvoir d’achat en trompe-l’oeil Faire profiter les salariés des richesses qu’ils ont eux-mêmes produites, l’idée peut paraître juste. Mais cette mesure pose « un problème de fond » car « elle substitue au salaire principal, qui ouvre le droit de protection sociale et de retraites et qui est relativement stable, des formes variables de rémunération », critique Jean-Christophe Le Duigou,secrétaire confédéral de la CGT.

S’inscrivant dans une démarche idéologique empruntée au général de Gaulle, cette réforme vise également, et peut-être avant tout, à rendre plus dociles les salariés en les intégrant aux objectifs de rentabilité des entreprises. « Je souscris à cette vision non pas antagoniste mais réconciliée, harmonieuse et efficace du lien entre le travail et le capital », a affirmé hier Nicolas Sarkozy à l’appui de ses propositions. Le chef de l’État a également annoncé une revalorisation du SMIC… au 1er janvier 2010. À ce titre, une commission d’experts, encore une, sera chargée « de faire des propositions en fonction de la croissance économique tous les ans ». En renvoyant à 2010 l’éventualité d’une hausse hors inflation du salaire minimum, le président de la République écarte implicitement toute augmentation immédiate des salaires. Enfin, il tente de lier évolution du salaire minimum et conjoncture économique, un subterfuge dont l’objectif est de couper court à tout débat politique sur la répartition des richesses. Un comble quand on sait que le SMIC concerne sept Français sur dix.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !