Liste des auteurs

Article de ALIETTE DE BROQUA. paru dans Le Figaro du 30 septembre 2006

Le port de Marseille de nouveau en grève

samedi 30 septembre 2006 par Aliette de Broqua
La CGT complique l’arrivée d’opérateurs privés qui doivent exploiter le nouveau terminal.

LE FEU couvait depuis le conflit de l’automne 2005. Il s’est rallumé hier sur le Port autonome de Marseille (PAM). Les adhérents de la CGT, qui est majoritaire dans l’établissement public, se sont mis en grève hier. Pour marquer le coup, ils ont empêché la tenue d’un conseil d’administration décisif pour l’avenir du port qui perd chaque année des parts de marché.

Le conseil devait notamment autoriser l’amodiation - c’est-à-dire la concession - des quais du futur terminal Fos 2 XL à deux opérateurs privés, Port Synergie (créé par CMA CGM et P & O) et MSC. Les administrateurs devaient aussi donner leur feu vert à la signature des conventions d’exploitation des terminaux par ces deux opérateurs.

« Nous ne sommes pas contre Fos 2 XL, explique Raymond Maldacena, secrétaire général CGT du port, mais nous ne voulons pas que l’installation des terminaux privés se fasse au détriment du terminal public. » La CGT a en effet découvert que Port Synergie doit bénéficier de 600 mètres de nouveaux quais et mais aussi de 200 mètres du quai public actuel. Ce qui n’était pas prévu au départ. Le syndicat craint la disparition à terme du terminal public. « Fos 2 XL, c’est la cohabitation d’un terminal public et de deux terminaux privés, répond Christian Garin, président du PAM. Aucun emploi n’est menacé. Au contraire. Les tonnages devraient progresser de 600 000 tonnes à plus de 2 millions. »

Le Havre a trouvé la solutionAutre sujet de discorde : les conventions d’exploitation. Elle doivent être signées alors qu’aucun accord social n’a encore été trouvé. C’est un sujet sensible qui empoisonne les relations sociales depuis plusieurs années. Les opérateurs privés ont averti qu’ils n’investiraient 200 à 250 millions qu’à condition d’obtenir le commandement unique des dockers (c’est déjà le cas) et des conducteurs des portiques qui sont salariés du port. Cette demande est assez logique car les deux métiers sont complémentaires : les portiqueurs pilotent les engins nécessaires pour charger ou décharger les bateaux et les dockers traitant les conteneurs à quai.

Le port du Havre, qui se heurtait au même problème, a trouvé la solution. Comme les portiqueurs refusaient d’intégrer le privé, il a été imaginé un système de « prêt » de personnel du port autonome aux entreprises pendant trois ans. « Nous accepterons que les conventions des opérateurs privés soient signées quand on saura qui fait quoi », avertit Raymond Maldacena. « Nous allons donner du temps au temps et expliquer le projet pour dissiper les malentendus », répond Christian Garin qui n’a pas l’intention d’ajourner ce projet. Le conseil d’administration se réunira vendredi prochain pour se prononcer.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !