Liste des auteurs

Le Monde | Annie Gasnier et Paulo A. Paranagua - Le 16 février 2007

Le président Lula renforce le partenariat avec Evo Morales

vendredi 16 février 2007 par Annie Gasnier, Paulo A. Paranagua

Les négociations entre le Brésil et la Bolivie au sujet du prix du gaz sont sorties de l’impasse, grâce à un compromis annoncé, jeudi 15 février à Brasilia, par les présidents des deux pays. Le Brésilien Luiz Inacio Lula da Silva a estimé que l’accord rend justice aux Boliviens, tandis qu’Evo Morales s’engageait à ne jamais entraver la fourniture de gaz.

Le tarif des 1,2 million de mètres cubes de gaz bolivien fournis à Cuiaba (Mato Grosso) passe de 1,09 dollar à 4,20 dollars. Les 26 millions de mètres cubes livrés à Sao Paulo, payés jusqu’alors 4,30 dollars le million de BTU (unité thermique), dépendront des fluctuations du marché et de la qualité du gaz. Selon le ministre bolivien des hydrocarbures, Carlos Villegas, ces deux réajustements devraient rapporter à La Paz 144 millions de dollars (près de 110 millions d’euros).

Chercheur à l’université de Rio de Janeiro, Giuseppe Bacoccoli estime que la réévaluation sera facilement absorbée par l’entreprise brésilienne Petrobras.

Brasilia a négocié sur la base d’un ensemble de propositions visant à renforcer le partenariat entre les deux pays, alors que les investissements brésiliens représentent déjà 25 % du produit intérieur brut de la Bolivie. "Le Brésil soutiendra l’industrialisation de la Bolivie, pour qu’elle ne dépende plus seulement de ses richesses naturelles", a déclaré le président Lula. Ainsi, le projet d’un pôle pétrochimique construit par les entreprises Braskem et Petrobras, à la frontière entre les deux pays, suspendu depuis la nationalisation des hydrocarbures boliviens, a refait surface.

Le Brésil a éliminé les droits de douane sur les importations boliviennes, notamment les textiles, menacés par la fin des préférences commerciales accordées par les Etats-Unis aux pays andins. Brasilia va proposer à ses partenaires du Mercosur d’adopter une mesure similaire et d’accélérer l’intégration de la Bolivie à l’union douanière sud-américaine.

Parmi d’autres projets communs figurent un pont reliant l’Etat brésilien de Rondonia et le département bolivien du Beni, et l’installation en Bolivie d’une usine de biodiesel par les Brésiliens. En revanche, Brasilia a réaffirmé que le projet hydroélectrique sur le fleuve Madeira "n’est pas une question binationale", mais a proposé aux Boliviens une usine hydroélectrique sur le fleuve Mamoré (affluent du Madeira).

"Je pars très satisfait, très heureux", a assuré le président Evo Morales, courtisé à la fois par son grand voisin et par le Venezuela du président Hugo Chavez.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !