Liste des auteurs

Article de Dominique Buffier paru dans Le Monde du 23.10.06

Le rachat d’Arcelor n’a pas rassasié Mittal qui achète tous azimuts

samedi 23 décembre 2006 par Dominique Buffier

Lakshmi Mittal n’est jamais rassasié. A peine a-t-il conclu le rachat d’Arcelor par Mittal qu’il poursuit sur sa lancée dans la croissance externe.

Jeudi 21 décembre, le gouvernement de l’Etat d’Orissa, dans l’est de l’Inde, et Arcelor-Mittal ont signé un protocole d’accord pour construire une aciérie géante. Pour 8,7 milliards de dollars (6,6 milliards d’euros), celle-ci pourra produire 12 millions de tonnes d’acier par an, soit autant que le vingtième groupe sidérurgique mondial. Malgré les origines de son patron, le groupe n’était pas encore implanté en Inde. L’Orissa est un Etat très riche en minerai de fer et possède 25 % des réserves du pays.

Mercredi, Arcelor-Mittal avait annoncé le rachat du mexicain Sicartsa pour un total de 1,4 milliard de dollars, dette comprise. Ce qui lui donne une capacité de production annuelle d’environ 2,7 millions de tonnes dans des installations au Mexique et lui permet de devenir le premier sidérurgiste de cette région. Il améliore aussi sa présence aux Etats-Unis, puisqu’il récupère l’aciérie électrique de Sicartsa au Texas.

Sicartsa détient par ailleurs une mine, directement reliée à son site, qui dispose de réserves de minerai de fer estimées à 160 millions de tonnes. Soit suffisamment pour 30 ans au rythme de sa production actuel. "Avec une croissance annuelle du marché mexicain prévue de 6 % sur les dix prochaines années, c’est le moment idéal pour accroître notre présence dans ce pays", estime Aditya Mittal, directeur financier d’Arcelor-Mittal.

UN SECTEUR ENCORE PEU CONCENTRÉ

Et Lakshmi Mittal ne s’arrêtera sans doute pas là. Il a déjà fait part de sa volonté de concrétiser un deuxième projet en Inde, dans l’Etat du Jharkhand, voisin de l’Orissa. Sans parler de rumeurs qui le disent intéressé par le russe Magnitogorsk...

Cette course à la croissance, dans un secteur encore peu concentré, n’inquiète pas les analystes, ni la Bourse, qui sont confiants dans l’avenir d’un groupe qui multiplie les implantations dans les pays émergents à fort potentiel.

Pourtant, suite au rachat d’Arcelor qui a coûté plus cher que prévu, l’entreprise a dû alourdir sa dette. Celle-ci s’élevait, au 30 septembre, à 22,8 milliards de dollars.

Le 6 décembre, Arcelor-Mittal a signé, "dans des conditions très favorables" indique la direction, avec un syndicat de 26 banques, une ligne de crédit de 22,3 milliards de dollars. Qui plus est, indique le groupe, il dispose d’une trésorerie de 6 milliards de dollars. Là-dessus, 900 millions de dollars ont déjà permis d’acquérir le mexicain Sicartsa.

Les acquisitions indienne et mexicaine sont symptomatiques de la manière dont Mittal a opéré, tout au long de ces dernières années, pour devenir le numéro un mondial de la sidérurgie : la mainmise sur des productions locales rentables grâce à la possession de mines de fer et de charbon bon marché.

Pourtant, pour parvenir à mettre la main sur Arcelor et obtenir le soutien du conseil d’administration de sa proie, M. Mittal s’était engagé à promouvoir le modèle Arcelor, plus tourné vers des produits à forte valeur ajoutée (produits plats pour l’automobile).

Il faut dire que, durant la bataille boursière qui avait opposé six mois durant les deux groupes, Arcelor avait vanté la qualité de ses produits - "du parfum" - face à celle de son assaillant, "de l’eau de Cologne". L’idée était aussi de se protéger contre un éventuel retournement de cycle, et une baisse des prix de l’acier.


CHIFFRES

EFFECTIFS. Le groupe Arcelor-Mittal, dont le siège social est au Luxembourg, emploie 330 000 personnes dans le monde.

CHIFFRE D’AFFAIRES. 62,2 milliards d’euros en 2005. Sur les neuf premiers mois de 2006, le groupe a affiché des ventes de 52,5 milliards d’euros.

CAPITALISATION BOURSIÈRE. 46 milliards d’euros.

PRODUCTION. 113 millions de tonnes en 2005, soit environ 10 % de la production du mondiale. Cette année, le groupe prévoit de produire 130 millions de tonnes. Son premier client est l’industrie automobile (18 %).

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !