Liste des auteurs

Un article de Cécile Calla paru dans le Figaro du 23 avril 2005

Le tête-à-queue de l’Allemagne

samedi 23 avril 2005 par Cécile Calla

Pour la première fois depuis trente ans, l’Allemagne envisage de rouvrir une mine de charbon. Deutsche Steinkohle (DSK), filiale du groupe chimique et minier allemand RAG, a déposé cette semaine une demande d’autorisation pour l’exploitation du charbon à coke dans un site près de Hamm, dans le bassin industriel de la Ruhr (ouest de l’Allemagne). L’objectif est de produire trois millions de tonnes de charbon à coke chaque année sur une période de trente ans à un prix inférieur au tarif mondial.

DSK réagit ainsi à l’envolée des prix, provoquée par la forte demande des pays asiatiques et en premier lieu de la Chine. Les prix ont plus que doublé et le coke (produit partir de certaines houilles grasses) se négocie actuellement entre 250 et 270 euros la tonne sans compter les frais de transport. DSK assure pouvoir le produire pour 190 euros la tonne. En relançant l’exploitation du charbon, la société veut donner « à l’industrie allemande la sécurité nécessaire pour ses approvisionnements en matières premières ». L’industrie métallurgique allemande a importé en 2004 près de 7,8 tonnes de charbon de coke et 3,2 millions de tonnes de coke.

Reste que la tendance générale est à la fermeture des mines de charbon. Depuis 1945, le nombre de mines est passé de 179 à 9 actuellement et quatre fermetures sont programmées dans les années à venir. Aussi la décision de DSK a-t-elle suscité un profond scepticisme au sein de la classe politique, mais également parmi les premières concernées, les entreprises métallurgiques. Dans une interview à Netzeitung, le président de la fédération de l’industrie métallurgique, Dieter Ameling, dénonçait hier « un soutien populiste » de RAG au SPD, dans la perspective des prochaines élections régionales en Rhénanie-Westphalie. Pour la branche, comme pour les Verts, relancer le charbon en Allemagne est économiquement inepte : « Le charbon et le charbon de coke seront toujours moins chers à produire à l’étranger qu’en Allemagne », expliquait Dieter Ameling avant d’ajouter : « Je crois que RAG va laisser tomber ce projet » après les élections régionales du mois prochain.

De son côté, ravi d’un projet qui pourrait à terme employer jusqu’à 2 500 personnes, le ministre président de Rhénanie-Wesphalie, Peer Steinbrück (SPD), a promis d’accélérer la procédure d’autorisation. Néanmoins, son soutien devrait rester politique. Le gouvernement allemand n’a pas l’intention de relancer la production du charbon. L’accord signé en 2004 prévoit des aides dégressives de l’Etat jusqu’en 2012. La production devrait ainsi passer de 26 millions de tonnes actuellement à 16 millions en 2012.

La DSK devra donc faire financer son projet, estimé à 800 millions d’euros, par des investisseurs privés. Mais avant tout montage financier, elle doit obtenir le permis d’exploitation. Dans le meilleur des cas, la procédure aboutira dans trois ans. Un laps de temps suffisant pour permettre à RAG de réfléchir à la rentabilité du projet.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !