Liste des auteurs

Article de YVES MISEREY publié dans Le Figaro du 22 septembre 2006

Le transport, première source d’émission de CO2

vendredi 22 septembre 2006 par Yves Miserey
Pour lutter contre la pollution, l’avenir est aux véhicules hybrides.

IL EXISTE quatre moyens pour limiter les émissions de CO2 dus aux transports : l’innovation technique qui consiste à améliorer les performances des moteurs et des carburants ou à faire appel à des sources d’énergie ne mobilisant pas de carbone comme l’électricité d’origine solaire, nucléaire ou éolienne ; la réduction de la masse des véhicules (aux États-Unis, une voiture sur quatre est un 4 x 4) ; la voie réglementaire qui vise à limiter la circulation automobile, comme c’est déjà le cas dans plusieurs grandes villes européennes. Et enfin les plans de circulation qui cherchent à optimiser les flux automobiles.

Restrictions de circulation« L’amélioration des performances des moteurs à essence ou Diesel est déjà proche du maximum. Pour limiter les émissions, il va falloir changer complètement de technologie », estime Jean-Pierre Roumegoux, de l’Inrets (Institut national de recherche sur les transports et leur sécurité).

Le constat paraît d’autant plus inéluctable que d’ici à 2050, les pays industrialisés devront avoir réduit leurs émissions de 75 % et que la part du transport dans le bilan global des émissions de CO2 devrait bientôt dépasser tous les autres secteurs d’activité (chauffage, industrie, énergie).

À long terme, la voiture électrique paraît donc la seule solution viable. Elle a néanmoins un handicap par rapport aux voitures à essence ou Diesel : sa faible autonomie et son coût élevé. Les scénarios qui prônent une rupture avec nos modes de déplacement actuels, tablent sur une utilisation des voitures électriques en ville et des voitures essence ou diesel à faible consommation pour les longs trajets. D’autres chercheurs, qui refusent tout changement de comportement des automobilistes, privilégient la voiture hybride qui combine moteur à essence et moteur électrique, analyse Jean-Pierre Roumegoux. « Il y aura toujours des voitures à moteur thermique et des camions », assure ce dernier. Mais leurs utilisations seront strictement limitées.

Les évaluations des restrictions de circulation montrent que leur impact sur les émissions est réel mais limité. C’est encore plus vrai pour les modifications de plans de circulation. En effet, dès qu’on améliore la circulation, le trafic a tendance à augmenter.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !