Liste des auteurs

Une dépèche AFP parue sur lefigaro.fr le 23 mai 2006

Les Français de plus en plus endettés

mardi 23 mai 2006
Le niveau d’endettement des ménages français a atteint un niveau historique en 2005, avec une dette qui a représenté 64% du revenu disponible brut, selon la Banque de France dans les comptes financiers de la nation publiés mardi.

Le niveau d’endettement des Français a atteint un nouveau record en 2005. La dette des ménages a représenté en 2005 près de 435% de l’épargne brute, dépassant largement son niveau des années quatre-vingt, période caractérisée aussi par le dynamisme des prêts à l’habitat et une envolée des prix immobiliers.

Accumulation des crédits et actifs financiers

L’endettement s’accélère, en augmentant de 10,5%, contre 9,9% en 2004. Les crédits nouveaux moins les remboursements, qui concernent essentiellement l’habitat, s’élèvent à 69,5 milliards d’euros, contre 51,8 milliards en 2004.

Outre les crédits, les ménages continuent d’accumuler des actifs financiers « à un rythme soutenu », notamment des contrats en assurance-vie, qui ont représenté en 2005 un niveau record de 77,3 milliards d’euros, et des actions cotées, qui atteignent 5,8 milliards (-1 milliard en 2004), à la faveur des ouvertures de capital d’[EDF -< mot 44] et de GDF . En revanche, les ménages sont vendeurs nets de titres d’organismes de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM). Ils ont réduit leurs dépôts dont le flux net retombe à 34 milliards d’euros (41,5 milliards en 2004), avec des évolutions variables selon les produits.

La rémunération des livrets A moins incitative

Abaissée de 2,25% à 2% le 1er août, la rémunération des livrets A et livrets bleus est devenue moins incitative au deuxième semestre pour les transferts de dépôts à vue vers ces supports. Le taux de rémunération de ces livrets est depuis lors repassé en février à 2,25%. Le flux d’épargne contractuelle (plans d’épargne logement -PEL-, plans d’épargne populaire) devient négatif en 2005 pour la première fois depuis 2001, à -1,8 milliard, signe d’une anticipation du changement des règles de cotisations fiscales et sociales des PEL parvenus à échéance.

Rebond de l’endettement des entreprises

Côté entreprises, le flux d’endettement des sociétés non financières connaît lui aussi un rebond à 37 milliards d’euros (18,5 milliards en 2004), mais reste « très en deçà » de son niveau record de 2000 (75,8 milliards), compte tenu du bas niveau des taux d’intérêt et des primes de risque, marquant ainsi la fin de la période de désendettement amorcée à partir de 2001.

Baisse du besoin de financement des administrations publiques

Côté administrations publiques, leur besoin de financement reste important (650 milliards) mais connaît une baisse plus marquée (-60,7 milliards en 2004 après -66,3 milliards en 2003), en raison de réduction du besoin de financement des administrations de sécurité sociale. L’Etat pour sa part ne réduit que légèrement son besoin de financement à -51,8 milliards (-52,8 milliards en 2004), en privilégiant, pour se financer, les émissions d’obligations aux bons du Trésor.

Le niveau d’endettement des ménages français a atteint un niveau historique en 2005, avec une dette qui a représenté 64% du revenu disponible brut, selon la Banque de France dans les comptes financiers de la nation publiés mardi.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !