Liste des auteurs

Houda Benalal | La Marseillaise le 16.10.2009

Les Salariés prolongent le mouvement de grève

lundi 19 octobre 2009 par Houda Benallal
Centrale thermique. L’Etat cède ses derniers 35% à E.ON. L’énergie est privatisée, le site menacé, les projets remis. Lebras de fer engagé avec la direction continue.

A 6 heures du matin, les vapeurs blanches ne s’échappaient déjà plus de la cheminée de la tranche 5, première arrétée avant la tranche 4.

A 9h30, premier coup de fil de la direction nationale qui demande au représentant CGT (Nadir Hadjali) de reprendre le travail, appyant sa requête par la promesse de sa présence lundi 9 octobre.

A 10 heures, les salariés votent pour le prolongement de la grève durant 24 heures, après avoir déclaré néamoins "nous avons gagné au moins sur la rencontre" .

Un plan social à la place des engagements

Motif de la grève ? Un avenir incertain à l’issue de la récente cession des 35% restants par l’Etat au groupe allemand E.ON. Le même leader énergétique européen aurait annoncé, sans complexe suite à ce rachat datant du 1er octobre dernier : " La fermeture de la tranche 4 en 2012, un plan social N°1 pour 28 salariés, 7 mutations de salariés".

Là où, il y a quelques années en arrière, l’Etat s’était engagé "à la création d’un groupe charbon de 600MW et celle d’un groupe à cycle combiné gaz de 400MW". Mais le pire, selon les salariés, majoritairement en grève hier matin (une centaine sur 170), C’est que "selon les plans de la direction, un total de 65 salariés ne feraient plus partie du site dès 2012 sans comptabiliser les salariés d’entreprises sous traitantes". Le syndicat CGT, très présent à la centrale thermique, ne peut s’empécher de poser les questions qu’il estime essentielles : " s’il y a 65 suppressions de postes que va t’il nous arriver alors, et maintiendra t’on 105 emplois sur une seule tranche de 600 MW ?"

La crainte d’uin plan social N°2 et , à plus long terme, la la fermeture du site comme l’aurait prôné le député UMP de dixième circonscription Richard Maillé, plannaient hier matin sur le site gardannais.

Le gouvernement s’en fout !

D’autant que toutes les réunions en amont, concordaient dans le passé avec la volonté de maintenir un site pérenne : "Nous avions rencontré Monsieur Borloo en juin dernier qui nous a rassuré sur l’avenir de la Centrale thermique de Gardanne" explique Nadir Hadjali précisant "Mais le gouvernement se défile aujourd’hui en disant qu’il n’est plus actionnaire". En fait ajoute le syndicaliste " Il s’en fout le gouvernement".

D’autant que si le conseiller général communiste Claude Jorda et le premier magistrat de Gardanne (Roger Meï) Apportent leur soutien à ce combat. Ce n’est pas le cas du maire de Meyreuil. ’"aux abonnés absents alors que la moitié de la centrale thermique est sur son territoire", annonce un syndicaliste.

Présent hier matin sur le site, Claude Jorda attire en outre l’attention sur l’avenir de l’emploi industriel à Gardanne et dans notre région : " non seulement le gouvernement commet une erreur grave en mettant l’énergie entre les mains du privé alors que , tout comme la santé et l’éducation, elle doit rester entre les mains du public. au delà encore la question de l’avenir industriel de Gardanne et sa région demeure lorsque l’on voit le gouvernement de limiter cette région au tourisme uniquement".

Cette privatisation récente (35% de parts à 1 milliard d’eauros avec en contrepartie , un droit de tirage par ERDF en Allemagne) a été vécue comme un couperet par l’ensemble du personnel averti en dernière heure.

d’autant que "même les américains ont fait marche arrière en matière d’énergie privée" rappelle Nadir qui entend, avec ses nombreux camarades, défendre l’outil de travail.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !