Liste des auteurs

Un article paru sur liberation.fr le 10 janvier 2006

Les cadres signent l’accord Unedic

mardi 10 janvier 2006
Pas formellement nécessaire, la signature de la CFE-CGC est symboliquement importante concernant un accord que refusent la CGT et FO •

Et de trois. Après la CFDT et la CFTC, la centrale syndicale des cadres, la CFE-CGC a décidé de signer le très controversé projet d’accord sur l’assurance-chômage conclu le 22 décembre. Le comité directeur de l’organisation a pris sa décision au terme d’une réunion d’un peu plus de deux heures mardi matin. En signant, la CFE-CGC avalise un plan qui prévoit de réaliser 2,4 milliards d’euros d’économie en trois ans dans la gestion, à parité avec les patrons, de l’assurance-chômage. La CGT et FO qui s’acheminait au départ vers un accord, ont refusé d’avaliser le texte, laissant les syndicats « réformistes » comme la CFDT et la CFTC s’engager aux côtés du Medef sur la voie d’une rationalisation des dépenses de l’assurance-chômage.

Formellement, le texte n’avait pas besoin d’être signé par la CGC pour être appliqué, une seule signature syndicale étant nécessaire. Un refus de la CGC aurait marqué un nouvel affaiblissement de l’Unedic au moment où certains responsables politiques préconisent de faire passer l’assurance-chômage sous la coupe de l’Etat et un désaveu pour Bernard Van Craeynest, tout récemment élu à la tête du syndicat et qui s’était publiquement prononcé pour l’accord non sans exprimer quelques sérieuses réticences. « Nous continuons un processus de rigidification du système, d’exclusion, il faut bien dire, de certaines catégories de chômeurs », expliquait-il hier sur LCI.

Alors que la retranscription juridique de l’accord sous forme de convention pourrait encore donner lieu à d’ultimes tractations, le conseil d’administration de l’Unedic se réunit jeudi pour désigner sa nouvelle présidente. Annie Thomas, secrétaire nationale de la CFDT, remplacera Denis Gautier-Sauvagnac (Medef), comme le veut l’alternance, l’Unedic étant présidée alternativement par un représentant du patronat et des syndicats.

Mardi matin, une vingtaine de chômeurs se sont rassemblés devant le siège de la CFE-CGC dans le VIIIe arrondissement parisien à l’appel des associations MNCP, APEIS et AC !. « On est venu tranquillement : ce n’est pas une action de protestation, nous voulons seulement pointer les méfaits de ce protocole d’accord, notamment le recalcul des droits que subiront certains chômeurs en cas de réadmission », a déclaré Marc Moreau, porte-parole d’AC ! (Agir ensemble contre le chômage). Le secrétaire national du syndicat en charge du dossier, Alain Lecanu, a quitté la réunion pour recevoir une délégation des chômeurs et « voir ce qu’ils veulent mettre en avant pour éventuellement s’en faire le porte-parole ». Si la CGC-CFE partage la vision des opposants au texte en ce qui concerne la « montée en puissance » des contrats précaires (CDD, intérim, contrat nouvelle embauche, etc.), elle a décidé de signer sur la base de la refonte complète du système de l’Unedic dont le chantier doit débuter dès les premiers mois de 2006. Un « pari sur l’avenir », dit-on à la CGC-CFE.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !