Liste des auteurs

Un article Sylvestre HUET paru dans Libération le 9 novembre 2005

Les déchets radioactifs ont rendez-vous avec les citoyens

mercredi 9 novembre 2005 par Sylvestre Huet
Nucléaire. Le troisième volet du débat public national, dédié à la gouvernance, s’ouvre ce soir.

Débat national sur les déchets radioactifs, acte III. Après l’écoute des citoyens, puis la technique, place à la « gouvernance ». La troisième phase des réunions publiques ­ organisées par la Commission nationale du débat public (CNDP), autorité administrative indépendante ­ s’ouvre ce soir [1].

Craintes. Les premiers débats, dont le compte rendu intégral est disponible [2], ont montré l’intérêt du cadre proposé par la CNDP pour un sujet propice aux affrontements plutôt qu’à l’échange d’idées. Pour Georges Mercadal, qui préside la commission chargée de l’animer, ce débat a permis l’expression de forts sentiments de crainte parmi les populations. Les différents acteurs (associations, industriels...) ont pu exposer leurs arguments. Et « des hauts fonctionnaires comme la directrice générale de l’énergie au ministère de l’Industrie ont pu vivre l’expérience nécessaire du débat public contradictoire ». Alors que le Parlement doit voter en 2006 une nouvelle loi sur les déchets radioactifs, cet exercice de démocratie participative, malgré ses limites, rend plus délicates d’éventuelles impasses. La nécessité que la loi traite de la totalité des « matières nucléaires » et non des seuls « déchets ultimes » a ainsi été fortement mise en avant.

Experts. Les quatre réunions publiques de novembre portent sur autant de points sensibles. Les élus locaux sont-ils « achetés par les subventions » ? Comment assurer la pérennité du financement et de la mémoire d’un stockage profond ? Comment établir une expertise plurielle donc crédible ? Faut-il consulter par référendum les populations situées sur le site ? Le secret défense est-il compatible avec un débat réel ? Ce dernier point fera l’objet d’une confrontation intéressante à Caen, qui devrait opposer le haut fonctionnaire de défense du ministère de l’Industrie et des experts proposés par des associations antinucléaires. Georges Mercadal, sans nier l’importance du volet technique du dossier, note que d’autres pays ­ Suède, Canada ­ ont préféré pousser jusqu’au bout ce type de questions avant de s’engager sur des choix techniques ou sur des sites de stockage.

[1] Ce soir à 18 heures, à la salle des fêtes de Joinville : « Aspects socio-économiques locaux ». Le 14 novembre, à Caen : « Débat public équitable, partage des connaissances, cas général et du secret défense ». Le 18, à Nancy : « Equilibres entre territoires et générations, financements ». Le 24, à Marseille : « Qui décide quoi, quand, comment ? »

[2] www.debatpublic-dechets-radioactifs.org

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !