Liste des auteurs

Laureen Ortiz | Libération le 6 juillet 2007

Les énergies renouvelables réclament du blé

vendredi 6 juillet 2007 par Laureen Ortiz

Le syndicat professionnel lance dix idées pour le Grenelle de l’environnement.

Le Grenelle de l’environnement entre dans sa phase active. Une semaine après en avoir présenté les grandes lignes, le ministre de l’Ecologie, Jean-Louis Borloo, en assurera aujourd’hui le lancement officiel à l’issue d’une réunion avec les présidents des groupes de travail, qui commenceront à plancher dès lundi.

Soucieux d’être de la partie, le Syndicat des énergies renouvelables (SER), qui rassemble 300 professionnels du secteur (électricité éolienne et hydraulique, biocarburants, bois, solaire thermique et photovoltaïque) a obtenu hier le feu vert pour participer aux discussions du groupe « climat ». Loin d’être pris au dépourvu, il avait tout prévu : André Antolini, son président, présentait hier une série de dix grandes propositions pour le fameux rendez-vous d’octobre. « Nous avons un objectif contraignant de 20 % d’énergies renouvelables dans la consommation énergétique globale à l’horizon 2020 », a-t-il rappelé, faisant référence à la décision des chefs d’Etat européens prise en mars, visant dans le même temps une réduction de 20 % des émissions de CO2. Aujourd’hui, la part des énergies renouvelables s’élève seulement à 6 % en France.

« Il ne s’agit plus de tenir des discours sur le réchauffement climatique mais de délivrer une boîte à outils aux pouvoirs publics pour tripler la production des renouvelables », a affirmé Antolini. « Chacune des formes d’énergie doit être mobilisée ».

Eoliennes et colza. A commencer par le développement d’une filière industrielle de l’éolien. « La France possède le deuxième gisement éolien » après le Royaume-Uni, en termes de potentiel de surface et de vent, explique-t-il. Pourquoi alors la France s’est-elle laissée doubler par l’Allemagne et l’Espagne ? « Une question de volonté politique et de choix énergétique », affirme Jean-Michel Germa, président d’une société d’éoliennes basée à Montpellier. Le but du SER est de passer de 2 000 éoliennes aujourd’hui à 8 000 en 2020. Coïncidence ? La filiale française du groupe espagnol Endesa a annoncé hier l’achat, pour 13,8 millions d’euros, de six éoliennes pour la création d’un parc à Muzillac, dans le Morbihan.

Les autres renouvelables ne sont pas en reste. Côté biocarburants, 4 millions d’hectares de colza permettraient de faire passer la production de 0,5 million de tonnes équivalent pétrole (tep) à 6 millions. Les panneaux solaires devraient quant à eux servir à équiper de 4 à 6 millions de logements en chauffe-eau individuels contre 30 000 aujourd’hui. Le bois, la première source d’énergie renouvelable, doit aussi équiper de plus en plus les appareils domestiques (poêles, chaudières, gazinières, etc.). « Il existe des ressources fantastiques dans les forêts françaises pour cela », estime Antolini.

Pour soutenir tous ces secteurs, le SER va demander au gouvernement d’adopter une fiscalité écologique incitative avec une TVA à taux réduit (5,5 %).

Emplois. « Pour développer la branche éolienne à elle seule, il faudra investir trente milliards d’euros », calcule le SER. Au total, le développement de toutes ces énergies va coûter des dizaines voire des centaines de milliards d’euros, « mais sous forme d’investissements privés », a précisé Antolini, comme pour éviter d’effrayer Jean-Louis Borloo, insistant plutôt sur les 230 000 emplois que l’essor de ce secteur pourrait entraîner, notamment dans le bâtiment.


L’Allemagne relève ses exigences

Déjà engagé à fond dans le développement des énergies renouvelables, le gouvernement allemand veut augmenter encore la part de l’électricité produite par ce biais à au moins 27 % d’ici à 2020 et à 45 % d’ici à 2030 , a annoncé hier le ministre de l’Environnement. La loi sur les énergies renouvelables de 2000 prévoyait d’augmenter la part de l’électricité verte a au moins 20 % d’ici à 2020 et à 50 % d’ici à 2050. Rien qu’au premier semestre 2007, la part des renouvelables dans la production d’électricité a augmenté de 34 % par rapport au premier semestre de 2006. Elle s’élève à 13,3 % avec 41,6 milliards de kilowatts/heure : l’Allemagne a donc déjà dépassé son objectif fixé en 2000 qui était d’atteindre une part de 12,5 % d’ici à 2010. Les renouvelables auraient permis au pays d’éviter l’émission de plus de 100 millions de tonnes de CO2 en 2006. (avec AFP)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !