Liste des auteurs

Article de Cécile Ducourtieux paru dans Le Monde du 31 août 2006

Les fonds spéculatifs cherchent à séduire les investisseurs particuliers

jeudi 31 août 2006 par Cécile Decourtieux

Les particuliers pourront-ils bientôt investir dans des fonds spéculatifs (ou hedge funds) à la réputation sulfureuse, bien que ce type de placement leur soit encore largement inaccessible en Europe, notamment en France ?

Cela risque d’être le cas si le gendarme néerlandais des marchés boursiers autorise la société de gestion Boussard & Gavaudan à faire appel à l’épargne des petits porteurs lors de l’introduction en Bourse, à Amsterdam, d’un de ses hedge funds.

Le régulateur devra se prononcer dans les semaines qui viennent sur une opération que les gérants, Emmanuel Gavaudan et Emmanuel Boussard - des anciens de la banque américaine Goldman Sachs -, souhaitent achever avant la fin de l’année.

Ces derniers ont précisé, dans un communiqué publié mardi 29 août, les modalités de cette opération. Une nouvelle entreprise sera créée et ses actions seront cotées. Les capitaux levés en Bourse seront réinvestis selon des stratégies d’arbitrage consistant à tirer parti des différences de cours entre actifs.

Ces stratégies sont parmi les plus prisées des hedge funds, qui utilisent des techniques de gestion jugées risquées que s’interdisent les fonds traditionnels.

FAIBLE RÉGULATION

Leurs gérants démarchaient jusqu’à présent une clientèle de riches particuliers et d’investisseurs institutionnels, leur proposant de placer une partie de leur épargne à l’abri des aléas de la Bourse.

Ils ont connu un fort engouement depuis 2000 : ils géreraient aujourd’hui environ 1 200 milliards de dollars (940 milliards d’euros) et seraient responsables de 30 % des échanges à Wall Street, selon diverses estimations.

Ces derniers mois, un certain nombre d’entre eux ont choisi de lever des fonds directement en Bourse : CMA et Goldman Sachs Dynamic Opportunities ont ainsi récolté 410 et 310 millions d’euros à Londres.

Le but de ces opérations, outre d’attirer de nouveaux investisseurs (y compris des particuliers), est de disposer de fonds plus souples à gérer. "Les investisseurs peuvent retirer leurs placements quand ils le veulent", note un spécialiste du secteur.

Cette démocratisation de l’accès aux hedge funds intervient alors que leur régulation reste faible. En France, l’Autorité des marchés financiers (AMF) restreint leur commercialisation aux particuliers disposant d’au moins 1 million d’euros à investir.

Aux Etats-Unis, où sont basés la plupart des fonds, la régulation instaurée en février par le gendarme américain des marchés financiers a été invalidée en juin par une cour d’appel de Washington.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !