Liste des auteurs

Christopher Swann | Le Monde le 20.03.2010

Les "gaz de schiste" ont désormais la cote aux Etats-Unis

samedi 20 mars 2010 par Christopher Swann

Le gaz contenu dans le schiste bitumineux des Etats-Unis suscite les convoitises. La société indienne Reliance Industries est le dernier groupe étranger en date à s’y être intéressé. En pourparlers avec Atlas Energy pour acheter des parcelles sur le site de Marcellus Shale, il ne fait que suivre les traces du japonais Mitsui et du norvégien Statoil. Ces appétits sont de bon augure pour les producteurs indépendants qui ont raflé des concessions sur la majeure partie du site. Mais, pour les grandes compagnies pétrolières américaines, qui cherchent à s’affranchir des difficultés que les troubles politiques et la naissance d’un nationalisme énergétique leur ont causées à l’étranger, cela signifie que le retour au bercail va coûter plus cher.

Dans les années 1990, après avoir vu décliner le produit du sol américain pendant des années, elles s’étaient mises à chercher fortune ailleurs. Aujourd’hui, le schiste bitumineux national retient toute leur attention, car les Etats-Unis sont un pays à la fois stable politiquement et pourvu en abondance. Le seul problème, c’est qu’elles ne sont pas les seules à en être conscientes, loin s’en faut.

On comprend que cet engouement soit partagé par toutes les compagnies du monde ou presque. Les quantités disponibles suffisent à faire miroiter des perspectives alléchantes. De nouvelles techniques de forage rendent accessibles 17 443 milliards de mètres cubes, soit trente années de consommation de gaz pour les Etats-Unis ou 106 milliards de barils de pétrole. L’équivalent des réserves prouvées du Koweït.

Le schiste bitumineux américain présente d’autant plus d’intérêt que de nombreux pays cherchent à verrouiller le contrôle de leurs ressources énergétiques. Comme le rendement des puits de cette zone vaut plusieurs fois celui des puits classiques, son coût d’extraction est bien inférieur. Enfin, le gaz obtenu émet moitié moins de carbone que le charbon. C’est une filière idéale pour échapper aux pénalités que les mesures de lutte contre le réchauffement climatique vont infliger aux producteurs de charbon comme Consol.

La hausse de la demande a fait monter les enchères. D’après le cabinet d’études IHS Herold, le prix moyen de l’acre (environ 0,4 ha), a doublé à Marcellus Shale en 2009, pour atteindre 4 000 dollars. Lorsque le groupe Mitsui a fait affaire avec Anadarko, il s’est acquis l’accès à son expertise en matière de forage, mais aussi à ses gisements pour 14 000 dollars l’acre. Les prix grimpent, alors que le cours du gaz ne vaut que la moitié de son record de 2008. La reprise économique mondiale va bientôt le faire s’envoler : les grandes compagnies pétrolières américaines parties explorer les quatre coins de la planète feraient bien de penser à se reconstruire des bases dans leur pays d’origine.

Christopher Swann

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !