Liste des auteurs

Article de Sébastien Crépel et Pierre-Henri Lab paru dans L’Humanité du 9 septembre 2006

Les gaziers massivement opposés à la fusion

samedi 9 septembre 2006 par Pierre-Henri Lab, Sébastien Crépel
Énergie . 94 % des agents de GDF rejettent la privatisation. À l’Assemblée, communistes et socialistes exigent la lettre de griefs de Bruxelles.

Les agents de GDF et EDF ont massivement rejeté, mercredi, le projet de privatisation du gazier national et de fusion avec Suez. Le « non » a recueilli 94 % à GDF et 95 % à EDF. La participation à ce scrutin a été importante malgré « des intimidations et des pressions de la direction » dénoncées par la CGT. À GDF, sur les 70 000 salariés concernés, 53 240 gaziers ont été consultés et 60 % ont pris part au référendum. À EDF, 34 295 agents ont participé au scrutin. Les fédérations CGT et FO, organisatrices du référendum, se sont félicitées du résultat et de la participation. Dans un communiqué, la CGT a invité le PDG de GDF, Jean-François Cirelli, et le ministre de l’Économie des Finances, Thierry Breton, à « écouter les salariés plutôt que de s’exprimer à leur place en fantasmant sur les pronostics ». Fort de ce résultat, la CGT et FO appellent « l’ensemble des électriciens et des gaziers à participer à la journée d’actions du 12 septembre ». Les deux fédérations ont fait part de leur volonté de « faire reculer le gouvernement » comme pour le CPE. À la suite du référendum, des délégations des deux syndicats ont été reçues hier à l’Assemblée nationale par le président du groupe communiste, Alain Bocquet.

« On nous cache des choses »

Dans l’hémicycle, le débat devait se poursuivre hier soir et la nuit dernière, après des débuts chaotiques marqués par des interruptions de séance. Des incidents dus au refus obstiné du gouvernement d’accéder à la requête des communistes et des socialistes de disposer de l’intégralité de la lettre secrète de la Commission européenne. Le rapporteur Jean-Claude Lenoir (UMP) a fait un petit pas en proposant que le document, actuellement en la possession de la seule présidence de la commission des Finances, puisse être éventuellement photocopié. Une proposition insuffisante pour Alain Bocquet. « C’est scandaleux : la version de la lettre contient des passages barrés », s’est indigné le président du groupe communiste, demandant « une lecture in extenso du document ». La veille, la majorité a refusé la demande de réunion de l’Assemblée en « comité secret », formulée par le PCF, pour permettre cette lecture sans trahir le secret commercial lié à certaines données. La preuve qu’« on nous cache des choses », pour Alain Bocquet, qui dénonce un projet de « démantèlement de GDF et sa soumission à la Bourse [1] ». Les députés UMP ont aussi repoussé deux motions de rejet socialistes. Une troisième motion émanant du groupe communiste restait à venir. Dans son plaidoyer, François Hollande a demandé le report du projet après l’élection présidentielle.

Si le PS joue sa partition d’opposant, les présidentiables ne montrent pas le bout de leurs chaussures dans l’hémicycle. Hormis Dominique Strauss-Kahn et François Hollande, ni Ségolène Royal, ni Laurent Fabius, ni Jack Lang ne se sont inscrits dans le débat général. Une défection qui s’explique peut-être par les rappels gênants du rapporteur Jean-Claude Lenoir à la tribune de l’Assemblée : « Je me souviens des déclarations bruyantes de certains socialistes qui, en 2002 (...), proposaient de privatiser au plus vite qui GDF, qui EDF..., a-t-il ironisé.

De son côté, le premier ministre a assuré dans les médias que sa volonté était de « ne pas recourir » au 49-3 pour couper court au débat, après les déclarations en sens contraire de ses proches ces jours derniers. Mais il a tenté de discréditer l’opposition en qualifiant les amendements de « ridicules » et n’ayant « aucun sens ». Il a aussi affirmé que « la majorité se retrouve » dans le projet. Une tonalité différente du ministre Brice Hortefeux, bras droit de Nicolas Sarkozy : « Il y a ceux qui pensent que c’est un bon dossier industriel, il y a ceux qui ne veulent pas créer de crise politique, tout ceci aboutira à une majorité cohérente. » Mais plusieurs opposants UMP au texte devaient s’exprimer hier soir.

[1] Suez. Les résultats semestriels de Suez démontrent que le groupe présidé par Gérard Mestrallet aborde la fusion avec GDF dans une position de force. Les comptes font état d’un résultat opérationnel en hausse de 13,9 % sur un chiffre d’affaires en progression de 10,2 %, à 22,4 milliards d’euros, ce qui fait dire à Gérard Mestrallet que « Suez est en forme et prêt pour la fusion avec Gaz de France ».

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !