Liste des auteurs

Philippe Ricard | Le Monde le 11 mars 2007

Les pays producteurs de nucléaire seront moins sollicités

dimanche 11 mars 2007 par Philippe Ricard

Le plus dur reste à faire. Chefs d’Etat et de gouvernements ont convenu, vendredi 9 mars à Bruxelles, d’approfondir leurs efforts de lutte contre le réchauffement climatique. Dans l’espoir de réduire leurs émissions de CO2, ils se sont mis d’accord sur un seuil contraignant de 20 % d’énergie renouvelable dans l’ensemble de la consommation de l’Union d’ici à 2020. D’après Angela Merkel, la chancelière allemande dont le pays préside l’Union ce semestre, un tel compromis "ouvre la porte à une nouvelle dimension de la coopération européenne". La mise en oeuvre de cet engagement risque de se transformer en un chantier d’une grande complexité.

A ce jour, la plupart des Etats membres sont très loin du compte. Avec une moyenne à 6,4 % pour les Vingt-cinq en 2005 sous forme hydraulique, bois, éolienne, ou solaire, l’Union aura déjà du mal à atteindre le seuil de 12 % prévu pour 2010. D’après André Antolini, du Syndicats français des énergies renouvelables (SER), "il va falloir se retrousser les manches (...) car on n’a pas progressé depuis des années". Les principaux pays européens vont devoir multiplier par trois leur production de renouvelable. En France, le bois et l’hydraulique représentent l’essentiel des 6 % de renouvelables consommés.

L’éolien est encore très peu développé malgré des taux de croissance annuels voisins de 100 %. Et l’Hexagone compte parmi les mauvais élèves européens en matière de surface solaire installée par habitant.

Le seuil des 20 % doit être atteint au niveau communautaire et non au niveau national. Les débats sur la répartition de cette charge entre les Vingt-sept s’annoncent houleux. Après de longues tractations, il a été convenu, vendredi à Bruxelles, que la définition des objectifs nationaux serait "juste et appropriée", afin de tenir compte des "différentes situations de départ", comme la composition du bouquet énergétique existant.

"GAGNER EN FLEXIBILITÉ"

Les Français, soutenus par les Tchèques, les Slovaques et les Finlandais ont obtenu une prise en compte implicite du nucléaire, qu’ils considèrent comme un autre moyen de lutter contre le réchauffement climatique. "Cela pourra permettre de gagner en flexibilité", se réjouit un diplomate français, pour qui "les procédures d’infraction ne surviendront pas avant 2025".

En attendant, José Manuel Barroso, le président de la Commission, espère pouvoir présenter une proposition législative au troisième trimestre 2007. Afin d’être sûrs de contrôler un processus qui peut avoir d’importantes conséquences sur leur politique énergétique, les Etats membres plaident déjà pour que la future législation soit adoptée à l’unanimité.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !