Liste des auteurs

une dépèche AFP parue sur lemonde.fr le 1er février 2006

Les promesses de Bush pour "dépasser l’économie du pétrole"

mercredi 1er février 2006

Présentant les Etats-Unis comme un pays en "état de dépendance vis-à-vis du pétrole", le président George Bush a proposé, mardi 31 janvier, que les importations de pétrole en provenance du Proche-Orient soient réduites de plus de 75 % d’ici à 2025. Et parié sur des progrès encore incertains pour atteindre ce but ambitieux.

"En mettant en pratique le talent et la technologie de l’Amérique, notre pays peut améliorer de manière spectaculaire notre environnement, dépasser une économie basée sur le pétrole et faire de notre dépendance à l’égard du pétrole du Moyen-Orient une chose du passé", a affirmé le président américain, applaudi par des membres du Congrès venus écouter son discours annuel de politique générale.

L’objectif semble difficile à atteindre pour les Etats-Unis, qui devraient consommer 26 millions de barils par jour en 2025, dont 60 % issus des importations. En 2025, un quart de l’or noir produit dans le monde viendra du Moyen-Orient, prévoient les services fédéraux de l’administration d’information sur l’énergie.

Concrètement, George W. Bush a promis mardi soir que son budget 2007, qui sera dévoilé la semaine prochaine, comportera une augmentation de 22 % des crédits pour la recherche dans le domaine des énergies propres : énergies renouvelables, charbon, nucléaire ou véhicules hybrides combinant alimentation électrique et carburants. La plupart de ces moyens découlent de la loi sur l’énergie adoptée par le Congrès en 2005 et promulguée par M. Bush en août dernier.

UN PARI SUR L’"OR VERT"

Pour dépasser le pétrole, George W. Bush a surtout parié sur l’éthanol, cet "or vert" qui, mélangé à de l’essence, sert de biocarburant. "Nous financerons également des recherches supplémentaires sur des méthodes de pointe de production d’éthanol, pas seulement à partir du maïs mais aussi de copeaux de bois, de tiges et de graminées", a promis George W. Bush, pour qui ce nouveau type d’éthanol peut devenir "compétitif dans les six années à venir". Les biocarburants deviennent un nouveau marché, dont les Etats-Unis ont commencé à organiser la cotation.

Mais là encore le défi est de taille : le département de l’énergie estime que l’éthanol ne représentera que 4,3 % de la demande américaine de carburants en 2025, chiffrée à 11,9 millions de barils équivalent-pétrole par jour. Et la production de masse d’"essence verte", déjà conséquente en Europe ou en Amérique latine, pose déjà des questions, car les surfaces agricoles sont limitées et les besoins immenses. Les prix des matières premières agricoles comme le sucre ont déjà connu des flambées suscitées par celles du baril d’or noir.

Les promesses vertes du président Bush, très lié à l’industrie pétrolière américaine, ont suscité la perplexité chez ses opposants et des défenseurs de l’environnement. A l’Amérique dépendante du pétrole, il a prescrit des produits de substitution, se gardant d’évoquer une baisse de la consommation. Ou le durcissement des normes visant à rendre les véhicules plus économes, qui est "la seule mesure qui ait jamais stoppé la croissance des importations de pétrole étranger", a reproché Philipp Clapp, président du Fonds national pour l’environnement.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !