Liste des auteurs

Philippe Jérôme [ L’Humanité du 20.08.2008

Les régularisations de sans-papiers avancent sur la Côte d’Azur

vendredi 22 août 2008 par Philippe Jérôme
immigration . Les collectifs CGT locaux ont obtenu des titres de séjour pour une quinzaine de salariés. plus de cinq mille signatures de soutien ont été recueillies.

Brandissant tout sourire ce fameux « papier vert » (récépissé de permis de séjour) que tout travailleur en situation irrégulière en France rêve de décrocher, Amadou est venu du Sénégal faire la plonge dans un restaurant de la Côte d’Azur avant de se fondre dans l’anonymat de la rue. Ce fut le héros d’un rassemblement festif organisé, il y a quelques jours, à la bourse du travail de Nice d’où la CGT est, elle aussi, menacée d’expulsion (lire l’Humanité du 7 août). En fait, ils sont une quinzaine, depuis le 28 juillet, à posséder le sésame qui leur permet tout simplement, comme le dit l’un d’entre eux, « de ne plus sortir de chez soi ou d’aller bosser la peur au ventre ».

Pour Patrick Sotty de l’union départementale CGT des Alpes-Maritimes, « quelque chose a bougé autant dans l’administration préfectorale que dans l’opinion publique ». En effet, lors d’une première rencontre en juin dernier entre les responsables des collectifs CGT de travailleurs sans papiers de Cannes et Nice et le préfet, ce dernier avait affirmé « qu’aucun Tunisien ou Algérien ne pouvait être régularisé ». Or, sur la quinzaine de dossiers qui viennent, au « compte-gouttes », comme dit le syndicaliste, d’être traités favorablement, quatre avaient été déposés par des ressortissants de Tunisie. Autre changement, celui de l’opinion publique puisque, dans une ville comme Nice où Le Pen réalisait, dans les années 1990, ses plus hauts scores et où Nicolas Sarkozy a obtenu l’an dernier près de 70% des suffrages, une pétition de soutien aux travailleurs sans papiers lancée lors de la dernière fête fédérale du PCF a recueilli, en l’espace d’un mois, quelque cinq mille signatures.

Des signatures qui accompagneront les cinquante dossiers supplémentaires déposés depuis en préfecture. Avec, là aussi, une caractéristique nouvelle : « Beaucoup de ces nouveaux demandeurs viennent d’entreprises artisanales du BTP dont les patrons sont parfois des compatriotes », précise Patrick Sotty, qui souligne le courage de toutes ces personnes qui sortent de l’ombre au risque de perdre leur emploi.

Car, pour ces Tunisiens, le chemin qui mène à la régularisation n’est pas bordé de jasmin. Nombreux sont les employeurs, surtout dans le BTP, qui hésitent à renoncer à un système d’embauche de clandestins qui s’apparente à un marché aux esclaves. Comme l’explique Samir, pizzaïolo depuis un an dans un restaurant du port de Nice et venu en France après avoir déserté de l’armée tunisienne : « Je travaille douze heures par jour, sept jours sur sept et je ne suis payé que quarante-deux heures par semaine. Mon patron profite bien de ma situation. » Par ailleurs, les descentes de police se sont multipliées dans les établissements azuréens. Et, semble-t-il, depuis que les collectifs se sont créés. Ce qui a fait perdre leur emploi à ceux qui se sont vu délivrer, dans la foulée, l’obligation de quitter le territoire français (OQTF).

Ceci n’entame en rien la détermination de ces quelque 400 travailleurs, pour la plupart africains, qui, aux dires de Patrick Sotty, se sont syndiqués à la CGT. « On bosse ici, on reste ici ! » lançait Fodé, le porte-parole du collectif de Nice, tout en appelant les sans-papiers, notamment sénégalais fils d’anciens combattants, à participer à l’hommage qui sera rendu le 28 août, devant la bourse du travail, au syndicaliste résistant Virgile Corbani, disparu après son arrestation en 1944. Dans ce domaine, au moins, celui du syndicalisme de lutte, l’intégration semble en très bonne voie.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !