Liste des auteurs

Bruno Odent | L’humanité du 24.09.2008

Les retraités vont payer la faillite de Lehman

mercredi 24 septembre 2008 par Bruno Odent
Des fonds de pension qui détenaient des titres du géant de Wall Street sont frappés de plein fouet par sa débâcle.

Pauvres et classes moyennes paieront l’addition du krach financier aux États-Unis. Après les quelque deux millions d’accédants à la propriété expulsés de leurs logements, après les dizaines de milliers de nouveaux chômeurs recensés depuis le début de l’année et avant les contribuables sommés de mettre la main à la poche pour sortir au moins 2 000 dollars par tête pour expurger les banques de l’énorme masse des titres pourris qu’elles détiennent dans leurs comptes, un très grand nombre de retraités devraient être invités à éponger illico les ardoises du système en déroute. Les titres Lehman Brothers, la grande banque d’affaires qui a fait faillite la semaine passée, étaient en effet largement détenus par des fonds de pension.

Le quotidien Financial Times a fait le calcul. La perte pour tous les investisseurs ayant misé sur l’ex-géant de Wall Street va s’élever à quelque 110 milliards de dollars. Cela signifie tout simplement que l’équilibre des comptes des fonds de pension en question va être très fortement affecté et qu’à tout le moins les retraités qui en dépendent pourraient voir le montant de leurs pensions sérieusement amputé.

La banque, vieille de plus de cent cinquante ans, qui était considérée, il y a peu de temps encore, comme l’une des valeurs les plus solides de Wall Street, entraîne ainsi dans sa chute - puisque la capitalisation est la règle - la couverture retraite d’une partie des salariés du pays.

Mais tout le monde n’est pas logé à la même enseigne devant la faillite de Lehman. Si les retraités sont appelés à régler la facture, le cadavre de la banque ne fait pas que des malheureux. Plusieurs banques ont entamé des sortes de vols de reconnaissance à la manière des charognards au-dessus de sa dépouille encore fumante. En dépit des dettes de l’ex-mastodonte, elles voient dans la reprise d’une tranche de ses activités une grosse opportunité puisqu’elles peuvent racheter ses actifs bien en dessous de leur valeur du temps de son prestige.

Ainsi, le britannique Barclays a d’ores et déjà racheté pour une bouchée de pain, soit 1,75 milliard de dollars, les actifs états-uniens ainsi que le siège new-yorkais de Lehman Brothers. Le japonais Nomura Holdings entend participer au dépeçage en mettant la main sur ses actifs en Asie-Pacifique. En Europe, outre Barclays et le groupe financier nippon, un troisième charognard serait sur les rangs pour acquérir ses activités de Londres : un certain BNP Paribas.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !