Liste des auteurs

AFP | 21.10.07

Les salariés de Dunlop et Goodyear d’Amiens ont refusé de passer aux 4x8

lundi 22 octobre 2007

Une large majorité des salariés du site Goodyear-Dunlop à Amiens a rejeté le projet de réorganisation du travail et d’investissement de la direction lors d’un référendum qui s’est achevé samedi 20 octobre à 20 heures, a-t-on appris auprès de la CGT.

Sur l’ensemble des deux sites, 64 % du personnel a répondu non à la question "Etes-vous pour ou contre le projet qui a été présenté lors des réunions d’information du 9 et 12 septembre ?". Le document proposait le passage aux 4x8, un système de rotation de quatre équipes, contre cinq actuellement, qui tourneraient sur huit jours.

Le non est encore plus massif chez les salariés "postés" (78 % chez Dunlop et 74 % chez Goodyear), qui étaient concernés par cette réorganisation du travail.

"Ces résultats montrent un rejet net du système des 4x8 mais pas de l’ensemble du projet" a déclaré à l’AFP Claude Dimoff, secrétaire CGT qui avait appelé, tout comme le syndicat Sud, à un rejet massif. MENACES CONCERNANT LA FERMETURE DES DEUX SITES

Le référendum, organisé sur deux jours, s’est déroulé sans incident contrairement au premier scrutin. Prévu à la mi-septembre, il avait dû être annulé en raison de l’opposition de la CGT notamment, qui avait bloqué les deux sites dès le premier jour prévu pour la consultation, empêchant ainsi les 2 700 salariés de voter.

L’instauration des 4x8 devait faire passer les équipes du week-end aux 35 heures au lieu de 28 et aurait entraîné la suppression de 450 emplois sur trois ans, sans licenciement.

Selon la direction, le plan, qui prévoit également un investissement de 52 millions d’euros afin de moderniser l’outil de production, "est la seule solution pour rester compétitif". Les dirigeants n’ont pas encore réagi officiellement à l’annonce des résultats. Le PDG de Goodyear-Dunlop France, Olivier Rousseau avait réitéré son appel au "oui" juste avant le scrutin prévenant qu’une victoire du "non" entraînerait des licenciements et pourrait aboutir à la fermeture des deux sites.

"Ces menaces n’ont pas marché et j’espère que la direction va se rendre compte que l’on veut travailler. On peut négocier un nouveau projet sans les 4x8", a affirmé Claude Dimoff.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !