Liste des auteurs

Mustapha Kessous | Le Monde le 21.05.2008

Les sans-papiers lancent une deuxième vague de grèves

mercredi 21 mai 2008 par Mustapha Kessous

Mardi 20 mai à 6 heures, dix travailleurs sans papiers viennent d’occuper leur entreprise de nettoyage dans l’Essonne. A 7 heures, une quarantaine d’autres ont investi le siège d’une société de BTP dans les Hauts-de-Seine. Une heure plus tard, une vingtaine de salariés d’un restaurant Bistro Romain sur les Champs-Elysées ainsi qu’une dizaine d’employés du Paris Golf and Country Club dans les Hauts-de-Seine ont fait de même...

La CGT et l’association Droit devant !! ont lancé une deuxième vague de grèves de travailleurs sans papiers. Tout au long de la journée, près de 500 employés devaient occuper une quarantaine d’entreprises d’Ile-de-France.

Cette action s’inscrit dans la continuité du premier mouvement lancé par le syndicat le 15 avril. En quelques jours, près de 600 employés sans titre de séjour s’étaient mis en grève illimitée pour réclamer une régularisation. Aujourd’hui, avec cette nouvelle opération, ils sont plus de 1 000 à exiger une carte de séjour.

"Le gouvernement ne nous prend pas au sérieux", estime la CGT. Car après quatre semaines de "lutte", sur les quelque mille dossiers de régularisation déposés dans cinq préfectures par le syndicat, moins de 10 % des cas ont donné lieu à l’obtention d’une carte salarié d’un an renouvelable. "Face à ce constat, explique Jean-Claude Amara, le porte-parole de Droit devant !!, la seule solution est de forcer la main du gouvernement." Objectif : faire "plier" le gouvernement afin qu’il régularise "tous" les travailleurs sans papiers.

"DONNER DE L’ÉLAN"

Ce message a été répété, samedi et lundi, devant une centaine de sans-papiers, au siège de la CGT à Montreuil (Seine-Saint-Denis). Des délégations de travailleurs sont venues dire au syndicat combien de collègues étaient prêts dans leur entreprise à partir en grève. Mais ils n’ont pas caché leur peur à s’engager dans un mouvement. "Quelle garantie peut-on avoir ?", lâche l’un d’eux. "Qu’allons nous devenir si nous n’obtenons pas de papiers ?", ajoute un autre.

Le cégétiste Raymond Chauveau, un des initiateurs du mouvement, veut rassurer : "Notre objectif avec cette grève est d’accélérer le processus de régularisation." Un travailleur : "Vous l’avez dit vous-même, le constat est minable ?" M. Chauveau : "Votre grève va donner de l’élan à la précédente et remet le gouvernement devant ses responsabilités."

Dans la salle, des grévistes depuis le 15 avril encouragent ceux qui hésitent encore. "N’ayez pas peur de la police et de votre patron, lance Mamoudou Sissoko, la grève vous protège." "Si vous ne sortez pas de l’ombre maintenant, tôt ou tard, vous serez viré de votre travail et renvoyé au pays", avertit Yean Mady. Et même si Moussa Traoré a été régularisé suite à sa grève, il lance à ses "frères" : "On a besoin de vous pour faire bouger le gouvernement. Alors mettez le paquet !" Ceux qui hésitaient encore l’applaudissent.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !