Liste des auteurs

Article de MAURIN PICARD. publié dans Le Figaro le 16 novembre 2006

Les syndicats autrichiens vendent une banque au parfum de scandale

samedi 16 décembre 2006 par MAURIN PICARD
Le fonds américain Cerberus rachète pour 3,2 milliards d’euros la banque Bawag.

EN AUTRICHE, la Confédération des syndicats autrichiens (ÖGB) s’est finalement bien délestée de la banque autrichienne Bawag, qu’elle a vendue au fonds d’investissement américain Cerberus pour 3,2 milliards d’euros. Bien plus que les 2,5 milliards environ auxquels s’attendaient les marchés.

La Bawag, cinquième institution bancaire du pays, se trouvait au bord de la banqueroute, plombée par les pertes financières massives accumulées entre 1995 et 2000. La Bawag avait alors effectué des placements hasardeux dans les Caraïbes, dilapidant plus d’un milliard d’euros. Elle est également impliquée dans le scandale du courtier new-yorkais Refco, ayant prêté à son directeur général Philipp Bennett 425 millions d’euros en 2005, malgré son insolvabilité manifeste.

Pour éponger les pertes, les dirigeants de la banque ont, des années durant, puisé dans l’épargne des actionnaires de l’ÖGB, sans que l’opération ne s’ébruite. Mais le secret est éventé au printemps dernier, au moment où s’engageait la campagne pour les élections législatives du 1er octobre. Si l’affaire fait du tort au parti social-démocrate (SPÖ), proche de l’ÖGB, elle a rapidement éclaboussé toute la classe politique.

Rembourser les dettes

Après avoir exigé la démission des dirigeants de la Bawag et de la centrale syndicale, le gouvernement conservateur de Wolfgang Schüssel (ÖVP) a renfloué la banque avec 900 millions d’euros de garantie et 450 millions de liquidités, et décidé de la revendre rapidement, pour assurer son avenir et celui de son 1,2 million de clients.

Cerberus prend le contrôle de la Bawag aux côtés des filiales autrichiennes des groupes d’assurances Generali et Wüstenrot. « Nous sommes très satisfaits », a déclaré hier un porte-parole du ministre des Finances sortant, Karl-Heinz Grasser. Pour le quotidien autrichien Kurier, l’ÖGB fait « une bonne affaire », Cerberus s’étant engagé à sauvegarder les 6 000 emplois de la Bawag durant cinq ans. La centrale va pouvoir payer les 2,13 milliards d’euros nécessaires à son propre désendettement, et elle devra en outre reverser 20 % du produit de la vente aux créanciers de Refco.

La seule fausse note émane du quotidien conservateur Die Presse, qui dit son incompréhension devant la cession de la Bawag à Cerberus. « Un prix relativement élevé et une garantie de l’emploi ne sont pas dans les habitudes de Cerberus », qui est un « faucon américain », rappelle le journal. Dirigé par l’ancien vice-président républicain des États-Unis Dan Quayle et l’ex-secrétaire des Finances John Snow, le fonds a investi plus de 25 milliards de dollars depuis sa création en 1992, avec un rendement annuel supérieur à 15 %. Pour le quotidien économique Wirtschaftsblatt, « des mesures drastiques seront nécessaires » pour rétablir la profitabilité de la Bawag, avant une entrée en Bourse éventuelle d’ici à cinq ans.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !