Liste des auteurs

Article de Michel Delberghe paru dans Le Monde du 13.06.06

Les syndicats bousculés par les attentes des nouveaux salariés

mardi 13 juin 2006 par Michel Delberghe

Affaiblies depuis le début des années 1980 par l’impact des restructurations industrielles et des plans sociaux qui ont entraîné le départ d’un grand nombre de militants et de responsables, les syndicats s’apprêtent à affronter une nouvelle hémorragie. Avec les départs à la retraite de la génération du baby-boom, ils commencent à s’inquiéter de la relève de leurs cadres dirigeants, plutôt âgés.

Préoccupés par la défense de l’emploi et des acquis sociaux des salariés en place, les syndicats se sont longtemps désintéressés des conditions d’insertion des jeunes dans le monde du travail. "Nos organisations n’ont pas vu venir la nouvelle génération de salariés pour qui, depuis le début des années 1990, le contrat normal est un CDD, le passage par le travail temporaire ou des stages. Le fossé s’est creusé avec les anciens accrochés à la préservation du CDI", souligne Karl Ghazzi, secrétaire général de l’union commerce CGT, à Paris. "Jusqu’en 2003, les militants étaient plus préoccupés par la question des retraites que par l’insertion des jeunes", confirme Grégory Martin, secrétaire confédéral chargé de la syndicalisation à la CFDT.

Tous deux reconnaissent que les jeunes peinent à trouver leur place auprès de militants qui les considèrent souvent comme "leurs enfants" et leur demandent de "faire leurs preuves". Plus sensibles aux questions de société, à la liberté d’expression comme à toute forme d’exclusion, de discrimination raciale ou sexuelle, la nouvelle génération n’a pas toujours bénéficié d’une écoute attentive auprès d’organisations plus sensibles à des valeurs traditionnelles.

Le récent conflit du contrat de première embauche (CPE) a servi de révélateur. "La perception des jeunes par les adultes a changé. Les militants ont découvert qu’ils étaient capables de participer à une action collective", note Delphine Girard, de la fédération santé de la CGT. L’image des syndicats est-elle sortie renforcée des manifestations contre le CPE ? Si la méfiance s’est en partie dissipée, Bruno Julliard, président de l’UNEF, ne s’attend pas "à un mouvement massif d’adhésions. Le regard a changé. Mais cela suppose que les organisations modifient leurs structures. Elles sont loin d’y être parvenues".

Après quelques déboires, le collectif jeunes de la CGT tente bien d’organiser des lieux d’écoute et d’expression sur les préoccupations de la nouvelle génération, tout en déplorant la faiblesse des moyens octroyés. Mais dans cette confédération, certains sont réticents à la création d’un "ghetto". Pour sa part, à la CFDT, Grégory Martin considère "que les jeunes sont d’abord des salariés comme les autres. Leurs conditions d’insertion dans le monde du travail sont différentes. Mais il n’y a pas lieu de les traiter autrement".

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !