Liste des auteurs

Un article de François-Xavier Bourmaud paru dans le Figaro du 18 janvier 2005

Les syndicats pour un partage plus favorable aux salariés

vendredi 18 février 2005 par admin

Que faire des bénéfices dégagés par les entreprises ? La réponse paraît tellement évidente à la CGT que le secrétaire confédéral Jean-Christophe Le Duigou répond dans la foulée : « Les redistribuer aux salariés, bien sûr ! » Et l’économiste de la centrale de Montreuil de préciser : « Il y a deux directions vers lesquelles orienter la redistribution. Des hausses de salaires dans les entreprises qui réalisent des profits, mais aussi dans leur réseau de sous-traitants. Et des investissements dans la recherche et le développement. » Mais voilà, dans les entreprises, les salaires sont perçus comme un coût et les dirigeants ont plutôt tendance à les minorer. Au grand dam des syndicats, que les dividendes records commencent à agacer.

« C’est toute la problématique de la juste répartition de la richesse produite », souligne Jacques Voisin. Le président de la CFTC défend pour sa part la règle de la répartition aux trois tiers : un tiers pour l’investissement, un tiers pour l’actionnaire, un tiers pour les salariés. Avec une nuance : « Ces derniers doivent pouvoir bénéficier de la participation, de mesures d’intéressement et de hausses de salaires, mais il faut déconnecter ces trois données. La participation et l’intéressement ne sont pas le salaire. »

La redistribution des profits figure en bonne place parmi les critiques des syndicats à l’encontre de la financiarisation de l’économie. « Les exigences de rendement des actionnaires font peser un risque sur l’emploi que les salariés n’ont pas à supporter, explique Jean-Claude Quentin, le spécialiste emploi de Force ouvrière. Aujourd’hui, les règles de gestion des entreprises sont financières : il s’agit de savoir à quel pourcentage sera rémunéré l’actionnaire. Mais il ne faut pas oublier le salarié et bien évidemment augmenter les salaires. » Ils étaient d’ailleurs entre 300 000 et 500 000 à défiler le 5 février pour plaider en ce sens, entre autres revendications.

A la fin janvier déjà, la CGT dénonçait un plan de réduction des coûts de personnel chez Renault « pour servir encore plus de dividendes ». Mi-février, Sud PTT déplorait que les actionnaires de France Télécom touchent plus d’un milliard d’euros pour 2004 alors que cette somme « aurait pu servir à développer l’emploi, augmenter les salaires, diminuer la dette ou investir ». Dans ce contexte, les forts dividendes dégagés par les entreprises ne risquent pas de passer inaperçus.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !