Liste des auteurs

Gérard Le Puill | L’Humanité du 25.06.2008

Les transports écologiques en panne de moyens

jeudi 26 juin 2008 par Gérard Le Puill

Grenelle de l’environnement . La promotion des déplacements collectifs et du fret ferroviaire reste à quai faute d’une politique d’alternative au tout-camion.

L’intitulé du colloque tenu le 19 juin au siège du Conseil économique et social (CES) à l’initiative de plusieurs syndicats des transports, avec la participation d’organisations impliquées dans des objectifs de développement durable et de défense de l’environnement, avait le mérite d’être clair : « Agir pour des transports écologiquement, socialement et économiquement durables ».

Dès l’ouverture, Jacques Dermagne, président du CES, rappelait que « 95 % des produits agricoles hors céréales sont transportés par la route en France » avant d’affirmer qu’« aucune volonté politique molle ne permettra d’avancer sur ce dossier ». Un avis partagé par Daniel Geneste, secrétaire général de l’Union interfédérale des transports CGT, notant que « les décalages entre les annonces du Grenelle et la vie réelle dans la société, à l’exemple du fret SNCF, ont jusque-là nourri bien des amertumes ».

Des amertumes avivées par l’intervention du secrétaire d’État aux Transports, Dominique Bussereau. Le ministre a annoncé qu’il comptabilisait actuellement 1 500 kilomètres de projets de tramways et de sites propres de bus tout en soulignant que leur financement était loin d’être assuré. Il a fait état de la volonté du gouvernement d’augmenter de 25 % la part du fret non routier d’ici à 2012 après avoir admis que le réseau ferré TER et fret n’était pas convenablement entretenu. Puis, il a annoncé que pour 2009 « les ressources pérennes ne seront pas suffisantes » puisque l’on compte sur 900 millions d’euros là où il faudrait 2 milliards, les amendes récoltées par les radars devant produire entre 100 millions et 200 millions d’euros de rentrées fiscales ! À la recherche de recettes nouvelles, le ministre a évoqué des pistes comme une contribution supplémentaire des sociétés d’autoroutes et une augmentation du péage ferroviaire imposée aux TGV.

Dominique Bussereau, présent uniquement pour le prononcé de son discours, n’a pas entendu le climatologue Jean Jouzel expliquer qu’il « ne suffit pas de maintenir les émissions de gaz à effet de serre à leur stade actuel pour stopper le réchauffement climatique. En revanche, si l’on veut réduire le réchauffement de la planète à 2º C supplémentaires dans les cinquante ans à venir, il faut réduire les émissions actuelles de moitié d’ici à 2050 ».

On voit à partir de là toute l’importance du virage à prendre dans la politique des transports puisque ce secteur émet en France 30 % des émissions de gaz à effet de serre dont 85 % proviennent de la route à raison de 50-50 pour les poids lourds et les voitures individuelles. Pourtant, le scénario qui se dessine aujourd’hui est une augmentation de 15 % des émissions dues au transport en Europe car « toutes les mesures européennes sont d’inspiration libérale », a noté André Milan de la CFDT Transports.

Directeur des campagnes de Greenpeace, Yannick Jadot a montré comment Angela Merkel et Nicolas Sarkozy se sont mis d’accord pour défendre en commun la gamme des voitures allemandes puissantes et polluantes quelques mois après les conclusions du Grenelle de l’environnement.

Didier Le Reste, secrétaire général de la Fédération des cheminots CGT, a montré à partir d’exemples précis que bien des actes gouvernementaux sont en opposition avec les conclusions du Grenelle de l’environnement. « L’idée de taxer les billets d’avion sur les lignes internes quand il existe aussi une ligne TGV de ville à ville n’a pas été retenue dans le projet de loi qui sera débattu à la rentrée », a insisté Didier Le Reste avant de noter que Réseau ferré de France porte une dette de l’État à hauteur de 28 milliards d’euros et n’est pas, de ce fait, en capacité d’assurer l’entretien du réseau ferroviaire. Quant à l’idée de Dominique Bussereau d’augmenter la taxe payée par les TGV pour l’utilisation du réseau, « elle est déjà supérieure à 5 euros par kilomètre et par train, soit la plus élevée d’Europe », a relevé le syndicaliste.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !