Liste des auteurs

Un article de Diane Cambon paru dans Le Figaro le 22 novembre 2005

Lutte à couteaux tirés dans l’énergie en Espagne

mercredi 23 novembre 2005 par Diane Cambon
Semaine après semaine, Gas Natural marque des points dans son OPA sur Endesa, concurrent local d’EDF.

L’ÉNERGIE européenne est en pleine ébullition. A l’heure où EDF entre en Bourse, l’Espagne voit s’affronter deux de ses principaux opérateurs de l’électricité et du gaz au travers d’une bataille boursière de très grande ampleur.

En septembre, le gazier espagnol Gas Natural a lancé une OPA de 22,5 milliards d’euros sur la première compagnie électrique du pays, Endesa. Une manoeuvre hostile qui n’en finit pas de connaître des rebondissements. Farouchement opposé à cette offre de rachat, Endesa espérait bien que Bruxelles s’emparerait du dossier.Or, la semaine dernière, la Commission européenne a finalement laissé la main aux autorités espagnoles. La Commission ne pouvant se saisir du dossier que si moins des deux tiers du chiffre d’affaires européen d’Endesa avaient été réalisés en Espagne, elle a déclaré que le projet ne relevait « pas de sa compétence ».

Un combat acharné

Pour remédier à cette situation, la commissaire européenne à la Concurrence, Neelie Kroes, a d’ailleurs indiqué qu’elle n’excluait pas de réviser ce critère des deux tiers du chiffre d’affaires utilisé pour juger de la nature communautaire d’un rapprochement. Déçu de cette décision, Endesa est reparti à l’attaque en annonçant un recours devant la Cour européenne de justice.

Malgré le combat acharné et désespéré d’Endesa, Gas Natural semble chaque fois plus près du but. Début novembre, la Commission nationale de l’énergie espagnole (CNE), régulateur du secteur, avait approuvé l’OPA moyennant dix conditions, dont aucune ne présente de difficulté majeure. Le Tribunal espagnol de la concurrence, qui a jusqu’au 7 janvier 2006 pour donner ou pas son accord, seul obstacle légal qui pourrait encore bloquer le processus, ne devrait pas freiner les ambitions du gazier, selon des analystes du secteur. Du côté du gouvernement socialiste, on sait également que l’opération a été vue d’un bon oeil par le ministre de l’Economie, Pedro Solbes.

Dans ce contexte, Endesa veut toujours croire qu’il réussira à convaincre ses actionnaires que l’offre de Gas Natural n’est pas assez élevée. Le groupe a ainsi annoncé aux actionnaires, qui auront le dernier mot si les autorités de la concurrence donnent leur feu vert, qu’il prévoit de verser un dividende de 2 euros par action, contre une première estimation d’environ 1,40 euro par action.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !