Liste des auteurs

Marc Roche | Le Monde le 27,09,2007

Malgré la hausse du prix du baril, le géant britannique BP s’enfonce dans la crise

jeudi 27 septembre 2007 par Marc Roche

Après des années de règne sans partage, les coups pleuvent sur le géant britannique des hydrocarbures BP. "Nos résultats seront épouvantables", a prévenu le directeur général, Tony Hayward, à propos du chiffre d’affaires du 3e trimestre lors d’une réunion interne à Houston (Texas).

Publiée par le Financial Times dans son édition du 25 septembre, cette fuite a fait chuter le cours de 2,88 %. Le patron a même évoqué le spectre de la crise de 1992-1993 qui avait failli emporter la major de l’or noir.

L’année en cours est marquée par une succession de mauvaises nouvelles pour le numéro trois mondial du pétrole. Lors du 2e trimestre, les profits de BP ont chuté de 12 % et la production de 5 %. Outre la démission, en mai, de son patron mythique Lord Browne, impliqué dans un scandale sexuel, la compagnie a été confrontée à la baisse de ses marges dans le raffinage, conséquence des difficultés de production dans ses deux principales usines américaines, et à la diminution de ses réserves de gaz aux Etats-Unis.

Par ailleurs, face aux pressions de Moscou, BP a fini par céder au russe Gazprom le champ gazier de Kovykta. Et la mise en exploitation de nouveaux gisements en Angola, à Trinidad et dans le golfe du Mexique n’est pas parvenue à compenser la maturité de ses sites historiques de la mer du Nord et de l’Alaska.

De surcroît, l’image de la société continue à pâtir des "affaires" : explosion dans la raffinerie de Texas City en 2005, pollution en Alaska, accusations de manipulation de cours du propane à New York... La flambée des prix du pétrole a aussi réduit la marge de manoeuvre de M. Hayward en renchérissant celui des compagnies "opéables" dont le rachat lui permettrait d’augmenter les réserves inscrites au bilan.

Enfin, BP souffre de la course au gigantisme de l’ère Browne qui a gonflé ses effectifs administratifs et multiplié les strates hiérarchiques.

Trouver de nouveaux gisements, remobiliser ses troupes, casser bureaucratie et baronnies, voilà les paris de M. Hayward. "Il faut prendre plus de risques, être plus réactif", a-t-il lancé à ses troupes. BP, qui traitait d’égal à égal avec les Etats, n’est plus qu’une entreprise qui se bat.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !