Liste des auteurs

Un article de Isabelle de Fommervault paru dans La Marseillaise du 6 février 2005

Manifestation pour l’emploi : départ massif et solidaire de Gardanne

dimanche 6 février 2005 par Isabelle de Fommervault
Hier après midi 8 cars , pleins à craquer, sont partis de Gardanne et de Septèmes rejoindre la grande manifestation pour l’emploi à Marseille

A force de tirer sur la corde, celle-ci se raidit à l’extrème. Au risque de rompre.

Or les mesures drastiques sur les retraites et l’emploi prises par le gouvernement actuel produisent le même effet sur les salariés, et plus seulement les petites gens. Alors que le coût de la vie augmente dangereusement, les salaires stagnes, les retraites sont menacées, de nombreux droits des travailleurs sont bafoués dans le public comme dans le privé. Personne n’est à l’abrit des conséquences du recul social et des attaques actuelles. C’est pourquoi la solidarité devait être mise en oeuvre dans toute sa puissance des cette année.

Cette solidarité a été une fois de plus visible à Gardanne où les inscriptions ou les inscriptions ont été prises en masse à l’Union Locale CGT. C’est ainsi qu’hier, en début d’après midi, 7 cars, dont un en provenance de Rousset sont partis de Gardanne et un autre de Septemes. Et pour cause : l’Union Locale CGT a recueilli 370 inscriptions, sans tenir compte des personnes qui se sont jointes à la dernière minute !

La mobilisation sur le bassin minier a donc été massive et réussie. dans le convoi on reconnaitra les habitués : les territoriaux de mimets venus, entre autre , manifester pour le maintien des 35 heures et pour la préservation du service public et des droits des salariés ; les mineurs de Provence, désireux de conserver leurs avantages en nature tels que leur logement et leur régime spécial d’assurance maladie, le personnel de la centrale thermique, le comité des chômeurs...

Des jeunes, des moins jeunes, du secteur public ou d’entreprises privées de la région, de toutes les catégories, brandissant pour certains leurs banderoles avant même de rentrer dans les bus. Un métissage des générations et des catégories sociales.

Les retraités aussi ont fait ont fait parti du voyage et ont apporté en masse leur solidarité à la lutte contre la situation actuelle. A Septèmes par exemple, une centaine d’inscription ont été prises dont plus de la moitié de retraités. Preuve que la question épineuse de l’emploi inquiète et mobilise, que le malaise est général.

La solidarité a largement dépassé le territoire du Bassin Minier. A Marseille, environ 50.000 personnes sont venues manifester selon les estimations de la CGT. “C’est un véritable succès, comme on en n’a pas connu depuis bien longtemps” a annoncé Muriel Martin Secrétaire Générale de l’UL, à l’issu de la manifestation. Ceci est d’autant plus vrai que ce samedi, de nombreuses personnes ont préféré se joindre au convoi et retarder d’un jour leur départ en vacances d’hiver.

Ils ont manifesté pour l’emploi

Une vingtaine de membres du personnel de la centrale thermique sont partis de Gardanne pour manifester en force à Marseille. Ces derniers sont toujours en attente d’un projet d’avenir concernant la centrale de la SNET. Ils ont apris le jour même , que le conseil de surveillance qui devait annoncer le projet tant attendu... était reporté.

Las d’attendre depuis trop longtemps des réponses concernant leur site (celles relatives à l’emploi et aux embauches prévues devraient être données d’ici la fin du mois), le personnel de la centrale continue d’inscrire ses actions dansun mouvement solidaire. “toute la région et même l’ensemble de la société sont touchés. Et les problèmes rencontrés ne se limitent pas à l’emploi.”

Dans les difficultés générales actuelles concernant l’emploi, on oublie souvent de citer les petites entreprises de moins de 20 salariés qui ne sont toujours pas aux 35 heures. rémy Chianese est chauffeur dans une de ces “TPE” à Peypin. Il explique que “des décrets retardent régulièrement le passage au 35 heures pour ces petites entreprises à raison de 2 ou 3 année de plus à chaque fois. Nos fiches de payes sont toujoursbasées sur 169 heures. une semaine sur deux , nous faisons même 43 heures ! Les interventions du gouvernement actuel n’arrangent rien”

Les jeunes se sont également joints à la manifestation. Parmis eux , Cynthia Sanchez, membre du collectif jeunes CGT. Ancienne emploi jeune travaillant comme auxiliaire d’intégration scolaire, Cynthia a été licenciée au bout de 2 ans, le 6 janvier dernier, “car il n’y avait plus de poste correspondant à mes compétences” ; Elle a tenu à aller manifester non-seulement pour l’emploi des jeunes, mais aussi pour la valorisation de leurs salaires.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !