Liste des auteurs

Un article de Philippe Jérome paru dans L’Humanité du 27 avril 2006

Mourir au travail à... 72 ans !

jeudi 27 avril 2006 par Philippe Jérôme
BTP . Victime d’une chute mortelle début avril, Essebti Mhamdi, immigré tunisien septuagénaire, est le quatrième ouvrier du bâtiment tué en un mois sur un chantier de la Côte d’Azur.

« Il ne faisait pas son âge. C’est en regardant dans ses papiers que les pompiers ont vu qu’il avait soixante-douze ans. Pauvre vieux ! » Oraison funèbre lapidaire pour Essebti Mhamdi, mort le 1er avril dernier d’un accident du travail, prononcée sur le lieu même du drame par l’un de ses « pays » : « Je le connaissais parce qu’on était tous les deux de Kasserine en Tunisie, c’était un bon compagnon », dit-il en retournant tristement au boulot. Le chef, également tunisien, de ce chantier de la médiathèque qui doit être livrée en septembre prochain à la communauté d’agglomération de Sophia Antipolis était bien sûr présent, ce samedi au milieu de la matinée et nous raconte : « Il marchait sur une passerelle en bois qui était environ à 8 mètres du sol et je ne sais pour quelle raison il est tombé. J’ai aussitôt appelé du secours mais c’était trop tard. Il avait été embauché la veille pour faire des coffrages avec deux autres gars travaillant pour un artisan. »

« Artisan » ? Un terme qu’il faut traduire par « sous-traitant ». Faire appel à un tiers, c’est une pratique qui est monnaie courante dans le BTP, y compris sur les chantiers financés par de l’argent public [1]. « Le mieux disant social a disparu des appels d’offres et pour décrocher les marchés les entreprises tirent les prix et les délais de livraison vers le bas, quitte ensuite à faire appel à de la sous-traitance, voire à du travail au noir », explique Christian Blicq, chargé de la sécurité au travail à la fédération CGT des salariés de la construction. L’enquête dira si le vieil ouvrier tunisien qui vivait à

Nice a été recruté au « marché aux esclaves » de la plaine du Var, là où régulièrement des fourgonnettes font le plein de main-d’oeuvre journalière. Mais comme le souligne l’élu antibois Gérard Piel, vice-président (PCF) du conseil régional PACA, qui a demandé une enquête au préfet des Alpes-Maritimes, « clandestin ou pas, il est inconcevable en 2006 de voir un travailleur de soixante-douze ans évoluer à plusieurs mètres de hauteur et perdre la vie sur un chantier de ce type ».

enseveli sous un mur en démolition près de Lyon

Ce qui choque l’élu et le syndicaliste, c’est évidemment l’âge avancé de cet accidenté du travail. Dans la région lyonnaise, c’est un homme de soixante-quatre ans qui est mort, en janvier dernier, enseveli sous un mur en démolition. Sur la Côte d’Azur, la médecine du travail signale le retour sur les chantiers du BTP de personnes âgées. « C’est la combinaison de l’insuffisance du niveau des pensions et du recours systématique à l’intérim qui explique ce phénomène récent », estime Christian Blicq.

On ne sait pas si Essebti Mhamdi aimait la France, en tout cas il l’a quittée de la pire des manières qui soit. En ajoutant son nom à une liste qui, en l’espace d’un mois et pour le seul département des Alpes-Maritimes, en porte déjà trois : celui d’un maçon tombé d’un pont volant sur un chantier de l’aéroport de Nice ; celui d’un manoeuvre sur lequel une pelle mécanique s’est renversée pendant des travaux aux HLM Pasteur de Nice ; et celui d’un ouvrier tué vendredi dernier à l’Escarène par un pieu mal arrimé sur une roche. Il n’avait, lui, que vingt-six ans.

[1] Pour cette médiathèque, 4,5 millions d’euros fournis principalement par la DRAC (ministère de la Culture et de la Communication) et la région PACA

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !