Liste des auteurs

Barbara Dufraisse et Julie Touzet | Le Monde le 29.06.07.

Mouvements de grève dans des grands magasins parisiens au début des soldes

vendredi 29 juin 2007 par Barbara Dufraisse, Julie Touzet

Les soldes ont débuté, mercredi 27 juin dans un climat social tendu, plusieurs centaines de salariés de grands magasins parisiens ayant cessé le travail. La grève s’est prolongée toute la journée et devait continuer jeudi.

"Nos salaires sont misérables, en dessous du seuil du SMIC pour certains", explique Fatma Mahi, déléguée syndicale centrale CGT de Surcouf, une enseigne spécialisée dans l’informatique. Aux rémunérations faibles s’ajoute, selon Mme Mahi, la menace d’un plan social. "Les nouveaux directeurs des magasins viennent de chez PC City qu’ils ont déjà réussi à fermer", affirme-t-elle.

Aux Galeries Lafayette, des grévistes étaient assis au centre de l’espace des parfumeurs. "C’est lamentable. Il y a blocage des négociations avec la direction", déclare Gilles Dollet, délégué du personnel CGT. Les syndicats demandent une hausse de salaires de 150 euros "pour tous", du caissier à l’agent de maîtrise. Au Printemps, juste à côté, en plus de la revalorisation des salaires, la centaine de salariés en grève réclame l’arrêt des extensions d’horaires.

PEU DE PERTURBATIONS

"Le temps des négociations est terminé", réplique Jean-Yves Rémond, directeur des ressources humaines des Galeries Lafayette. Il a proposé aux syndicats une augmentation générale des salaires de 1,6 %, ce qu’ils ont refusé. Selon M. Rémond, les Galeries ont depuis trois ans une politique de hausse salariale supérieure au niveau de l’inflation.

Au Printemps, le conflit porte notamment sur l’ouverture du magasin le 14 juillet. Les salariés dénoncent cette "extension de travail". Didier Lalance, directeur du Printemps Haussmann, assure que le magasin ouvrira bien ce jour férié, mais que les salariés alors présents seront volontaires et payés le double de leur rétribution habituelle. Pour lui, la revalorisation des salaires, est "en cours".

Dan Cohen, directeur de Surcouf Haussmann, nie pour sa part tout véritable mouvement social dans son enseigne. Il dément toute vente de l’enseigne et exclut un plan social.

Si la grève touchait mercredi bon nombre d’enseignes, à en juger par les queues aux caisses, les clients n’ont pas eu l’air d’être vraiment perturbés.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !