Liste des auteurs

NOUVELOBS.COM | 07.12.05

Négociations sur l’assurance-chômage

mercredi 7 décembre 2005
Les partenaires sociaux se réunissaient cet après-midi pour une quatrième séance de négociations.

Les partenaires sociaux se sont réunis mercredi 7 décembre dans l’après-midi pour une quatrième séance de négociations sur l’assurance-chômage. Le patronat et les syndicats tentent, depuis le 8 novembre dernier, de s’entendre sur une nouvelle convention Unedic d’ici au 31 décembre.

La rencontre a débuté vers 15h au siège de l’Unedic à Paris. Lors de la précédente réunion, le 1er décembre, le patronat a proposé de rétablir la dégressivité des allocations ou de réduire la durée d’indemnisation des chômeurs pour commencer à juguler le déficit cumulé de l’Unedic, évalué à près de 14 milliards d’euros, pour la fin de l’année.

Les syndicats refusent ces deux propositions. Les partenaires sociaux doivent trouver un terrain d’entente avant le 31 décembre, date d’expiration de l’actuelle convention régissant les règles de l’assurance-chômage.

Le patronat "bloqué"

Peu avant l’ouverture des négociations, mercredi, le secrétaire général de Force ouvrière (FO), Jean-Claude Mailly, a regretté que le patronat soit "bloqué sur certains points", comme la sur-taxation du travail précaire.

"S’il bloque de manière intransigeante sur ces points-là, ça ne risque pas d’évoluer beaucoup", or "il faut que le patronat réponde clairement" aux demandes des syndicats, a-t-il déclaré.

Pour lui, il n’est "pas possible" de "réduire la durée d’indemnisation" des chômeurs afin de résorber le déficit de l’Unedic. "On peut toujours modifier et regarder les choses sur les filières de manière précise, mais ça ne veut pas dire une réduction de la durée d’indemnisation", a-t-il estimé.

Interrogé sur la question de la contribution de l’Etat au financement de l’Unedic, Jean-Claude Mailly a répondu : "Quand l’Etat veut trouver de l’argent, il en trouve !" "Quand il a fallu donner 1,5 milliard d’aide aux hôtels-cafés-restaurants l’année dernière, il les a trouvés".

Présidence de l’Unedic

Jean-Claude Mailly a assuré que FO n’était en rien obsédée par la présidence de l’Unedic, qui est exercée alternativement par le patronat et un syndicat : "Ceux qui ont ça en tête, ça veut dire qu’ils veulent absolument l’avoir et qu’ils sont prêts à signer n’importe quoi. Nous ce n’est pas notre problème", l’important "c’est d’avoir une bonne convention".

Le déficit de l’Unedic devrait atteindre 14 milliards d’euros en 2005. Pour le résorber, le patronat propose un retour à la dégressivité des allocations chômage ou une réduction de la durée d’indemnisation. Une proposition à la quelles les syndicats se sont déclarés unanimement opposés.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !