Liste des auteurs

Laetitia Clavreul | Le Monde le 5 juin 2007

Nestlé : Inquiétudes autour de la vente du site de Dijon

mardi 5 juin 2007 par Laetitia Clavreul

Après la cession de l’usine de Saint-Menet à Marseille, Nestlé poursuit sa restructuration en France avec la vente de son site de Dijon, où est produite la barre Lion. En difficulté financière, cette usine sera reprise au 1er juillet par le suisse Barry Callebaut.

Comme dans le cas de Saint-Menet, Nestlé s’est engagé à acheter une partie de la production. La procédure juridique de la cession a été close, vendredi 1er juin. "Cela nous laisse un mois pour adopter le nouveau système informatique et former le personnel", se réjouit Arnaud Capdeville. Le directeur de l’usine se dit aussi confiant sur la reprise du travail par les 440 salariés, lundi 4 juin.

A l’appel de la CGT, ceux-ci bloquent le site depuis jeudi 31 mai afin de protester contre les termes de la cession. Le principe de celle-ci a été accepté vendredi, mais les salariés réclament à Nestlé une "prime de cession de 30 000 euros". Une demande refusée par la direction générale. "La loi n’impose pas d’indemnité", rappelle M. Capdeville. Toutefois, les salariés devraient se voir octroyer 15 000 euros.

STRATÉGIE DE DÉVELOPPEMENT

La sauvegarde de leur contrat de travail les inquiète aussi. Barry Callebaut, qui reprend l’ensemble du personnel, s’engage à maintenir leur statut pendant un an. Ils voudraient plus. Le personnel devait décider lundi des suites à donner au mouvement.

Les salariés sont d’autant plus vigilants que le site connaît une situation délicate. Les volumes de production sont passés, en six ans, de 30 000 à 17 000 tonnes. Dans ces conditions, l’usine de Dijon aurait été cédée pour 1 euro symbolique, selon un rapport d’expert cité par la CGT.

"La meilleure des garanties pour les salariés, c’est que l’usine tourne", explique un porte-parole du groupe suisse. Or le statut de Barry Callebaut, numéro un mondial des fabricants de produits à base de cacao et de chocolat, est de nature à rassurer les salariés.

Le groupe s’inscrit en outre dans une stratégie de développement : le repreneur prévoit produire 58 000 tonnes d’ici fin 2007, et 76 000 en 2011. Il a annoncé, en outre, un investissement de 8 millions d’euros sur le site d’ici fin 2007.

"Pour notre avenir, nous resterons très vigilants sur le respect des contrats passés par Nestlé avec le repreneur", prévient Pierre Griset, représentant du syndicat, en référence au différend en cours à Saint-Menet.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !