Liste des auteurs

article de Pierre Henri Lab paru dans L’Humanité du 16 octobre 2006

Nouvelle reculade de GDF et de Suez devant Bruxelles

lundi 16 octobre 2006 par Pierre-Henri Lab
Les contreparties exigées par la Commission européenne vident la fusion de son peu d’intérêt industriel.

« La nécessité de privatiser GDF pour fusionner avec Suez » prônée par le gouvernement se révèle de plus en plus comme « une nécessité de fusionner pour privatiser ». Les dernières contreparties exigées par Bruxelles pour donner son feu vert sont en passe de finir de vider le contenu du projet de Gérard Mestrallet et de Jean-François Cirelli du peu d’intérêt industriel qu’il recelait.

GDF et Suez ont beau clamer que la proposition de Bruxelles « respecte la logique industrielle du projet », l’examen des contreparties exigées par la commissaire à la concurrence, Neelie Kroes, révèle le contraire. La Commission européenne réclame que la nouvelle entité se sépare de la société belge Distrigaz. Avec 210 TWH sur 365, l’entreprise qui assure l’essentiel de l’approvisionnement en gaz de notre voisin représente près des deux tiers des capacités gazières de Suez. Une fois ces capacités cédées pour satisfaire l’exigence bruxelloise de voir apparaître un nouveau concurrent sur le marché du gaz belge, la capacité gazière du groupe fusionné ne sera augmentée que de seulement 20 %. Le géant gazier tant promis par les partisans de la fusion ne verra donc jamais le jour.

Outre la cession par GDF de ses 25 % détenus dans l’électricien belge SPE, le nouveau groupe entérine une perte de contrôle importante des infrastructures gazières. En Belgique, il s’apprête à devenir, avec 45 % des parts, minoritaire dans, Fluxys, la société chargée de gérer le réseau de distribution. Cette perte de contrôle est amplifiée par le transfert par Suez à Fluxys des capacités de transit de Distrigaz and Co et par le transfert à Fluxys de Segeo, la filiale de GDF Gaz de France qui détient le gazoduc qui relie la France à la Hollande.

En France, les concessions faites à la commission européenne sont toutes aussi importantes. GDF sera ainsi contraint de filialiser ses activités de gestionnaire des terminaux méthaniers. Il semble que les propos du PDG de Gaz de France, Jean-François Cirelli qui affirmait, encore il y peu, le refus de son groupe de se départir de la propriété et du contrôle des infrastructures gazières ne sont plus d’actualité.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !