Liste des auteurs

Article de Alain Cwiklinski paru dans L’Humanité du 31 octobre 2006

PSA criminalise la CGT

mardi 31 octobre 2006 par Alain Cwiklinski

Depuis quelques semaines, les pressions montent contre les militants CGT de l’usine Peugeot de Mulhouse. Entraves à la liberté syndicale et provocations deviennent légion. La dernière en date, le 13 octobre dernier.

Ce jour-là un employé est soumis à un test d’alcoolémie dans le bureau du responsable de l’atelier ferrage. Fabrice Christine et Frédéric Foernbacher, deux élus CGT, indiquent que ce contrôle doit obligatoirement être effectué à l’infirmerie de l’entreprise. Alors qu’ils s’y rendent avec le salarié, un vigile leur interdit le passage : « Je lui ai demandé de me laisser sortir. Je n’ai pas fini ma phrase qu’il est tombé par terre inanimé », raconte Frédéric. Selon les syndicalistes, le scénario qui s’ensuivit fut digne d’un mauvais polar. « Les chefs présents ne se sont pas occupés de l’agent de surveillance. Ils ont téléphoné aux pompiers et à la direction. En moins de deux minutes, tout le monde était sur les lieux. C’est là qu’on a compris le piège. On nous accuse d’avoir poussé le vigile », souligne Fabrice. Un traquenard ? Lors d’une conférence de presse, Vincent Duse, le secrétaire CGT de Peugeot Mulhouse, a rappelé le climat anti-CGT qui règne dans l’entreprise et se souvient : « Le truc est aussi vieux que la naissance de Peugeot à Mulhouse et l’implantation de la CGT.

A l’époque, il fallait à tout prix éviter la création d’une section CGT. Quand les chefs nous voyaient arriver, ils tombaient comme les feuilles en automne. On a eu une paire de procès et on les a gagnés. Cela recommence et je pense que l’influence croissante de notre syndicat n’y est pas pour rien. Juste avant les élections professionnelles, la direction veut créer à nouveau un climat de peur. » Les deux délégués ont été mis à pied de façon conservatoire et un entretien susceptible de déboucher sur d’autres mesures disciplinaires, voire deux licenciements, est prévu le 2 novembre. Dans l’atelier de ferrage, la riposte s’organise. Une pétition de soutien a déjà recueilli plusieurs centaines de signatures. La CGT affirme qu’en cas de nouvelles sanctions, elle ira « à la grève et au blocage du site ».

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !