Liste des auteurs

Un article de Bruno Odent paru dans L’Humanité du 30 mai 2005

Panama : Le pays au bord de la grève générale

lundi 30 mai 2005 par Bruno Odent
Les syndicats sont très mobilisés contre une réforme libérale de la Sécurité sociale, qui prévoit un allongement de la durée du travail.

Depuis plusieurs jours des milliers de manifestants descendent régulièrement dans les rues du petit pays d’Amérique centrale pour protester contre une réforme de la Sécurité sociale d’inspiration très libérale qui retarderait, entre autres effets, de trois ans l’âge légal de départ en retraite. Une mobilisation qui pourrait conduire les principales organisations syndicales et les différents corps de métier du pays à lancer, dans les heures qui viennent, une grève générale pour une durée indéterminée.

Le projet du gouvernement instaurant cette réforme de la caisse de Sécurité sociale (CCS), actuellement débattue au Congrès, prévoit une hausse de l’âge de départ à la retraite de 62 à 65 ans pour les hommes, et de 57 à 62 ans pour les femmes. Les autorités estiment que la réforme serait le seul moyen de sauver de la faillite la CCS qui affiche des déficits record. Mais les syndicats et les organisations progressistes soulignent que la détérioration de la situation des caisses est provoquée par les cadeaux fiscaux et les gigantesques exonérations de charge dont bénéficient les entreprises du secteur privé. Ils soulignent que le seul moyen de retrouver l’équilibre des comptes de la Sécurité sociale serait donc de contraindre les entreprises « à faire face à leurs responsabilités sociales » et de lutter contre le chômage et le travail précaire ou « au noir », endémiques. Le secrétaire national de l’organisation du syndicat des travailleurs de la construction, Saul Mendez, a prévenu que, si le texte qui comprend 180 articles réorganisant la CCS était adopté en seconde lecture par le Parlement, les salariés très en colère seraient prêts à se lancer dans « la mère de toutes les grèves ».

Selon un sondage de l’institut CID-Gallup publié par la presse panaméenne quelque 82 % des citoyens interrogées rejettent une réforme qui soulève la plus grande colère des quartiers populaires où l’on a bien compris qu’elle signifierait la disparition programmée des maigres protections sociales dont les salariés bénéficient encore aujourd’hui. Toute la semaine dernière des heurts parfois assez violents ont eu lieu entre manifestants opposés au projet et forces de l’ordre. D’impressionnants escadrons de policiers antiémeute, qui restent positionnés autour de l’Assemblée nationale (Congrès), ont fait usage à plusieurs reprises de gaz lacrymogènes. Et des centaines d’ouvriers et d’étudiants ont été arrêtés à l’occasion de ces multiples échauffourées.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !