Liste des auteurs

Le blog finance le 11.05.2008

Pologne et Ukraine signent un accord pour étudier un oléoduc contournant la Russie

lundi 12 mai 2008 par Elisabeth Studer

Voilà qui ne va pas du tout plaire à Vladimir Poutine, euh pardon, Dmitri Medvedev ... bref, aux hommes d’Etat influents de Russie ...

La Pologne et l’Ukraine ont signé lundi un accord sur le lancement d’une étude sur un projet d’oléoduc allant de la mer Caspienne à la mer Baltique, contournant la Russie.

Histoire de s’émanciper de l’ancienne ( ?) tutelle russe bien pesante et de se prémunir contre de nouveaux chantages gaziers liés au tarif du gaz lui-même et à son transit.

Le projet d’achèvement de cet oléoduc, basé sur un tronçon qui existe déjà en Ukraine, avait fait l’objet d’un premier accord signé en octobre à Vilnius par les présidents d’Azerbaïdjan, de Géorgie, de Lituanie, de Pologne et d’Ukraine.

"Les conclusions techniques et économiques permettront de préciser la participation de la Pologne, de l’Ukraine, de l’Azerbaïdjan et d’autres pays dans la construction d’une nouvelle raffinerie en Ukraine" a par ailleurs indiqué à la presse le président ukrainien Victor Iouchtchenko qui a assisté à la signature de l’accord aux côtés de son homologue polonais Lech Kaczynski. Selon lui, les premières conclusions du rapport devraient être annoncées en mai à Kiev.

Selon le président polonais, il s’agit de créer un "nouvel espace énergétique". Le réseau baptisé "Nowa Sarmatia" devrait en effet permettre de transporter du brut de la Caspienne, pompé dans des pays riches en pétrole comme l’Azerbaïdjan, et potentiellement le Kazakhstan, vers les marchés de l’Europe occidentale via la Pologne. Pour cela, le projet prévoit le prolongement de l’oléoduc jusqu’à Plock en Pologne centrale où se trouve la principale raffinerie polonaise, et ensuite jusqu’au port de Gdansk sur la Baltique.

En mars 2007, tout en freinant des quatre fers la construction du gazoduc sous la Baltique, Varsovie avait annoncé la tenue d’un sommet énergétique réunissant la Pologne, le Kazakhstan, l’Azerbaïdjan, la Géorgie et l’Ukraine.

Lors de sa conférence de presse, le président Kaczynski avait alors qualifié l’Ukraine de "partenaire et allié stratégique" de la Pologne. De son côté, le président ukrainien Viktor Iouchtchenko s’était félicité du caractère "productif" du dialogue entre Kiev et Varsovie, tout en réaffirmant la volonté de l’Ukraine de mettre en oeuvre le projet de prolongation de l’oléoduc Odessa-Brody jusqu’à Plock.

En février 2007, le ministère kazakh de l’Energie avait annoncé qu’Astana et Varsovie se proposaient de créer un groupe de travail pour étudier la possibilité de transporter le pétrole kazakh via ce pipeline.

Rappelons que l’oléoduc reliant le port d’Odessa sur la mer Noire et la ville de Brody à la frontière polono-ukrainienne a été mis en service en 2002, avec l’idée initiale de réduire la dépendance de l’Ukraine du pétrole russe et de faire transiter du brut vers le reste de l’Europe. Mais l’Ukraine a échoué à s’assurer des livraisons d’autres pays que la Russie et a fini par donner en 2004 son accord au transport de pétrole russe par cet oléoduc.

Sources : AFP, Ria Novosti

Par Elisabeth Studer le 11 mai 2008

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !