Liste des auteurs

Artcle de Sébastien Crépel paru dans L’humanité du 27 septembre 2006

Privatisation GDF : L’article 10 cristallise les oppositions

mercredi 27 septembre 2006 par Sébastien Crépel
Assemblée . Le ton monte chez les députés sur la privatisation de GDF. Nombre d’élus UMP se désolidarisent du gouvernement à l’approche du vote de la loi.

Les députés de l’opposition ont continué à défendre pied à pied leurs amendements, hier, à l’Assemblée nationale, contre l’article 10 du projet de loi sur l’énergie scellant la privatisation de Gaz de France. Le prétendu « accord » entre majorité et opposition pour accélérer l’examen du texte a fait long feu, la pugnacité du PCF et du PS conduisant la conférence des présidents de groupe à repousser le terme des débats sur le projet de loi de jeudi à lundi prochain, l’Assemblée nationale étant invitée à siéger exceptionnellement tout le week-end pour préserver la date du vote, prévu mardi. La suite des événements dira si celle-ci, fixée de manière indicative, peut être maintenue d’ici là.

L’article 10 propose de descendre la part de l’État dans le capital de l’entreprise publique, de « plus de 70 % » dans les textes actuels, à « plus d’un tiers » seulement. C’est-à-dire la possibilité pour le gouvernement de privatiser GDF dans le cadre de la fusion projetée avec Suez, en ne conservant que 34 % de capital public contre 80,2 % aujourd’hui.

Les députés de l’opposition n’ont eu de cesse de fustiger la parole reniée de

Nicolas Sarkozy, promettant de ne pas privatiser GDF, et de défendre l’alternative consistant à fusionner dans un pôle public EDF et GDF. « Les arguments que vous avancez à l’appui de votre refus d’étudier la fusion EDF-GDF pèsent

peu face aux conclusions des cabinets d’études », a dénoncé Daniel Paul (PCF), invitant le gouvernement à remettre en question « le cadre trop étroitement libéral de la Commission européenne », qui a été « majoritairement rejeté » par les Français lors du référendum du 29 mai 2005. De son côté, François Brottes (PS) a insisté sur les menaces de « déclas-

sement » pesant sur le réseau gazier et d’« ouverture à la concurrence » des concessions de distribution, monopole de GDF. Quant à l’UDF, Jean Dionis du Séjour a réitéré l’opposition « mesurée » de son groupe à « payer le prix » de la privatisation de GDF pour la fusion avec Suez. Au sein de l’UMP, les opposants au projet sortent de plus en plus nombreux de la clandestinité à l’approche du jour du vote solennel. Le sarkozyste Dominique Paillé a confirmé, avec son collègue Marc-Philippe Daubresse, son refus d’obéir à son maître en annonçant qu’il votera contre le projet. Le président de la commission des Finances, Pierre Méhaignerie, s’est rebellé en « réservant » sa position, inquiet de l’évolution des prix du gaz et des menaces d’OPA sur le futur groupe GDF-Suez. Pierre Lellouche a aussi fait part de ses « réserves », lundi, dans l’hémicycle. Une forte portion du groupe UMP s’apprêterait en fait à se réfugier dans la non-participation au scrutin, équivalant à un camouflet pour Nicolas Sarkozy et Dominique de Villepin. Ce dernier a salué la « mobilisation » de l’UMP pour conjurer le risque de ne disposer que d’une majorité restreinte, ne reflétant pas l’opinion réellement majoritaire sur les bancs.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !