Liste des auteurs

Pierre Barbancey | L’Humanité du 22 mars 2007

Quand la grève générale paralyse Israël

jeudi 22 mars 2007 par Pierre Barbancey
Tel-Aviv . Le mouvement massif et victorieux déclenché, hier, par la centrale Histadrout met en lumière le libéralisme du pouvoir et les répercussions de sa politique d’occupation.

Israël a été paralysé une bonne partie de la journée d’hier par une grève générale affectant l’ensemble de la fonction publique en raison du non-versement des salaires depuis des mois à des employés des collectivités locales qui travaillaient ainsi gratuitement, ce que certains appellent de l’esclavagisme. La grève a affecté notamment les ministères (hormis la Défense), les ports, le transport ferroviaire, la Banque centrale, des compagnies de transports, les collectivités locales, les raffineries, la compagnie d’électricité, la poste, la Compagnie publique des eaux, les tribunaux, et enfin l’aéroport Ben-Gourion. Tous les vols ont été annulés, à l’arrivée comme au départ, à l’exception de ceux en provenance de Grande-Bretagne pour que l’équipe de football anglaise - accompagnée de ses supporters - puisse venir jouer en Israël dans le cadre de la qualification pour l’Euro 2008. Mieux vaut être supporter de foot que palestinien !

salaires impayés pour 3 700 fonctionnaires

La centrale syndicale Histadrout avait reporté de trois heures le début du mouvement dans une ultime tentative de conciliation. « Nous avons décidé que le non-versement des salaires dans la fonction publique devait cesser. J’ai clairement fait savoir que tant qu’il n’y aurait pas un engagement clair de payer chacun des employés, je considérerai qu’il n’y a pas de solution et la grève continuera », a expliqué le secrétaire général du syndicat, Ofer Eini, peu avant le début de l’arrêt du travail. La Histadrout proteste contre des salaires impayés de 3 700 employés de la fonction publique, en particulier dans les municipalités et, parmi elles, surtout dans les zones à majorité arabe. Le 27 février, le premier ministre, Ehud Olmert, était personnellement intervenu pour promettre le règlement des salaires dus aux fonctionnaires, évitant ainsi in extremis une grève générale. Mais la Histadrout lui reproche d’avoir manqué à ses engagements. Pendant le mouvement, le syndicat n’a pas fermé la porte aux négociations, ce qui a permis d’obtenir gain de cause.

la pauvreté existe aussi en Israël

Ce mouvement social finalement rapidement victorieux, étant donné sans doute son caractère très massif, souligne une fois de plus la réalité économique israélienne. Les entreprises high-tech sont parmi les leaders sur le marché mondial mais la population israélienne est loin d’en empocher les dividendes. Certains mettent en avant les chiffres officiels : 7,6 % de chômeurs (en fait il dépasserait les 15 %) et un taux de croissance attendu de 5,1 % en 2007 (s’il n’y a pas de guerre) pour se féliciter de la politique menée. Outre le fait que ces chiffres masquent le désengagement de l’État et les privatisations en cours, de nombreux Israéliens, immigrés récents ou salariés aux revenus modestes, n’ont pas profité de ladite embellie économique. Surtout, la politique d’occupation des territoires palestiniens, l’effort en faveur de l’armée et les subventions accordées aux colonies au détriment des services sociaux et des municipalités jettent de plus en plus d’Israéliens dans la misère. Selon des chiffres de l’Institut d’assurance national israélien, un tiers des habitants d’Israël vivent au-dessous du seuil de pauvreté, soit 15 % de plus que dans les années quatre-vingt-dix. Chez les enfants, la proportion monte à un sur trois. Les Arabes israéliens, dont la moitié vivraient en deçà du seuil de pauvreté, se plaignent quant à eux de discrimination à l’emploi. Le fossé se creuse entre les Israéliens les mieux lotis et le reste de la société, remarquent les analystes. « Les chiffres de la pauvreté sont, dans les faits, bien pires que ceux que donnent les statistiques », estime Yosi Katan, professeur à l’université de Tel-Aviv, rappelant que de nombreux citoyens vivent à peine au-dessus du seuil de pauvreté établi en Israël à 1 700 shekels, soit 362 dollars par mois et par personne. La pauvreté en Israël est toutefois relative si on la compare à la situation dans les territoires palestiniens. Selon les organisations internationales, plus de la moitié des familles palestiniennes vivent avec moins de deux dollars par jour.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !