Liste des auteurs

L’Humnaité le 2 février 2007 | Thomas Lemahieu , Paule Masson

Que valent les odes à la valeur travail ?

samedi 3 février 2007 par Paule Masson, Thomas Le mahieu
Présidentielle . L’utilisation répétée de cette expression par Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy masque la dégradation de la valeur du travail, ressentie avec acuité dans tout le salariat.

Qui a dit « Il faut remettre la France au travail » ? Jean-Pierre Raffarin, Ernest-Antoine Seillière, Nicolas Sarkozy, Laurence Parisot ou - Ségolène Royal ? Ils l’ont tous asséné un jour ou l’autre, avec, bien entendu, quelques nuances entre eux (lire notre florilège ci-dessous), mais ils ont été devancés, et de beaucoup, par le radical Édouard Daladier, devenu président du Conseil, sur fond d’émiettement du Front populaire et au prix d’une alliance avec les partis de droite. Fin août 1938, il était devenu urgent, estimait la bourgeoisie, de « remettre la France au travail », de redonner le goût de l’effort et de revaloriser le mérite chez des Français « débauchés » par les congés payés et par la semaine de travail à 40 heures. Une semaine plus tard, un décret rendait obligatoires les heures supplémentaires dans les usines travaillant pour la Défense nationale. Une première brèche dans les conquêtes des luttes sociales de 1936, le couvercle verrouillé sur une cocotte de liberté, admirablement chantée par Jean Gabin dans la Belle Équipe de Julien Duvivier : « Du lundi jusqu’au samedi, pour gagner des radis/Quand on a fait sans entrain son boulot quotidien/Subi le propriétaire, le percepteur, la boulangère/Et trimballé sa vie de chien/Le dimanche vivement, on file à Nogent/Alors brusquement, tout paraît charmant/Quand on se promène au bord de l’eau... »

Une victoire idéologique du patronat

C’est un paradoxe en trompe-l’oeil : après la victoire de Chirac en 2002, Jean-Pierre Raffarin place d’emblée au centre de la politique de son gouvernement la « réhabilitation de la valeur travail ». « L’avenir de la France, ce n’est pas d’être un immense parc de loisirs, l’avenir de la France, c’est de travailler », ânonne le premier ministre sous les applaudissements du MEDEF. Cinq ans plus tard, les deux principaux prétendants à l’élection présidentielle, en posture de « rupture », se disputent âprement le même « concept », déclenchant les hourras du même patronat.

Entre le PS et l’UMP, la bataille est déclenchée, mais cela ressemble furieusement une guerre dans les mots. Quand, sous couvert d’augmenter le pouvoir d’achat, Nicolas Sarkozy préconise de poursuivre la dérégulation du temps de travail (lire l’Humanité d’hier), Ségolène Royal, avant d’avoir finalisé son programme, n’écarte pas de suivre cette pente : « Des assouplissements (à la législation sur les 35 heures - NDLR) ont déjà eu lieu, affirmait-elle lors de la campagne interne du PS. Peut-être faut-il aller au-delà pour que ceux qui veulent travailler plus puissent le faire, mais je trouve scandaleux les chantages à l’emploi auxquels des entreprises se livrent pour remettre en cause des accords de RTT. Le vrai sujet serait de pouvoir moduler le temps de travail selon les étapes de la vie. Je ne crois pas aux réponses rigides une fois pour toutes mais aux évolutions négociées. » Plus globalement, dans ses incantations sur la « valeur travail », la candidate socialiste mobilise, et c’est significatif, le registre lexical du management quand elle pousse à faire des « choix gagnant-gagnant » ou quand elle évoque la nécessité selon elle de « coacher efficacement les demandeurs d’emploi ».

Des boules puantes contre les chômeurs

Dans leurs discours sur la « valeur travail », Nicolas Sarkozy et, dans une moindre mesure, Ségolène Royal dépeignent soigneusement un pays divisé entre « travailleurs » et « assistés », embourbé dans une profonde « crise morale ». Ces relents populistes ramèneraient presque à la « débauche » fantasmée par les réactionnaires lors du Front populaire... Devenu depuis un des proches conseillers de Sarkozy pour la rédaction de son programme, Nicolas Baverez livrait en 2003 dans les colonnes d’un journal gratuit un échantillon du racisme social toujours prégnant : « Le temps libre, c’est le versant catastrophe sociale. Car autant il est apprécié pour aller dans le Lubéron, autant, pour les couches les plus modestes, le temps libre, c’est l’alcoolisme, le développement de la violence, la délinquance, des faits malheureusement prouvés par des études. »

L’arbre du mot cache la forêt des maux

Malgré le recours systématique à leur nouveau mantra de « valeur travail », les deux principaux candidats passent à côté de l’essentiel. Ni Ségolène Royal ni Nicolas Sarkozy n’évoquent à aucun moment la dégradation du travail tout court. Pendant que Laurence Parisot, la présidente du MEDEF, propose d’instaurer la « séparabilité » afin de jeter aux orties le droit du licenciement, les salariés paraissent, eux, éprouver la tentation de la sécession au coeur même des entreprises. Dans un contexte de chômage de masse, de désindustrialisation, de modération salariale et de précarisation de l’emploi, l’UMP comme le PS refusent de voir combien, aux yeux de bon nombre de salariés - des ouvriers et employés aux cadres -, la valeur du travail a été sapée par son « intensification » : en exigeant de la « réactivité », en chassant les « temps morts » sur les postes de travail, en généralisant la « polyvalence » et la « flexibilité », en accroissant les procédures de contrôle, en réquisitionnant le corps et aussi l’esprit de leurs travailleurs par le biais d’un nouveau management dit « de l’affect », en développant les pratiques de notations individuelles ou encore en établissant des relations directes avec les clients, les entreprises ont exigé de leurs salariés plus d’efforts, plus de « qualité », plus de disponibilité, plus de responsabilité et plus de rentabilité... Et cela, alors que, dans le même geste, la plupart du temps, elles leur déniaient toute reconnaissance, même symbolique, de crainte d’avoir à recruter ou à augmenter les salaires...

Les indices de cette crise à l’intérieur du travail ne manquent pas, mais même quand ils prennent des tournures dramatiques (suicides, maladies professionnelles, accidents du travail), ils demeurent largement absents des « préoccupations » avancées par le PS et l’UMP dans la campagne électorale. C’est cet ouvrier d’une fonderie ardennaise qui raconte ses rêves de fuite tant le goût du travail bien fait a été enseveli sous les diktats contradictoires de la direction ; ce sont ces employés d’American Express à Roissy qui se lancent dans une grève de dix jours pour dénoncer des « pratiques managériales » ayant conduit à une vingtaine de démissions en moins d’un an ; ce sont les salariés des hôtels Accor qui rechignent à exprimer leurs « qualitudes » selon le néologisme confectionné par des as du coaching ; ce sont ces cadres supérieurs qui, en masse (et, en tout cas, au-delà du nombre d’emplois supprimés), chez HP ou Neuf-Cegetel, « profitent » d’un plan social pour filer à l’anglaise grâce au guichet des « départs volontaires » ; ce sont les syndicats d’IBM ou encore de Microsoft France qui dénoncent les niveaux de stress faramineux induits par des systèmes de notation et de rémunération...

Une nouvelle question sociale

Toutes les enquêtes statistiques sur les conditions de travail le démontrent, le travail pénible perdure, voire s’accroît pour les ouvriers, pour les femmes et les jeunes. Et qu’en disent Royal et Sarkozy ? Rien, ou si peu ! Au printemps dernier, les étudiants étaient, avec leur slogan « Le CPE, ce n’est pas mieux que rien, c’est pire que tout », parvenus à mettre la question du contenu du travail flexible au coeur du débat public. Face aux concours d’envolées lyriques sur la « valeur travail » qui bat son plein, il n’est sans doute pas inutile de repartir de là, de cette nouvelle question sociale au coeur de la vie quotidienne des Français qui sont au travail ou qui demeurent cantonnés dans ses marges.


Petite anthologie portative de la « valeur travail »

Discours de politique générale de Jean-Pierre Raffarin, à l’Assemblée nationale, le 2 juillet 2002.

« Nous voulons faire en sorte que la valeur travail soit respectée dans ce pays. Le travail est une valeur. Nous devons tout mettre en oeuvre pour le favoriser. (...) Il faut éviter que, globalement, l’ensemble de nos procédures freine la création d’activité. C’est le sens de la baisse d’impôt. C’est le sens de la baisse des charges que nous engageons de façon résolue. »

Satisfecit adressé par Ernest-Antoine Seillière à Jean-Pierre Raffarin, le 17 janvier 2003. « Après des années de propagande fallacieuse sur les loisirs, vous avez sifflé la fin de la récréation. »

Entretien avec Ségolène Royal, les Échos, le 19 mai 2006.

Les Échos. Comment lutter contre la sinistrose ?

Ségolène Royal. Il faut réconcilier les Français avec l’entreprise, en finir avec l’archaïsme des relations sociales. (...)

Les Échos. Vous avez dit récemment : « Personne ne doit être payé à ne rien faire.

Ségolène Royal. C’est une façon de rappeler que le travail est le facteur premier d’intégration sociale et qu’en être privé, c’est aussi perdre un sentiment fondamental d’appartenance et, parfois, jusqu’à l’estime de soi. Ceux qui se situent en bas de l’échelle des salaires ont souvent le sentiment qu’il n’est pas juste que d’autres touchent autant avec des revenus d’assistance, cela nourrit le rejet de l’autre et la hantise du déclassement. Il ne faut pas ignorer cette question par angélisme. (...)

Les Échos. Vos valeurs : travail, famille, patrie...

Ségolène Royal. (Rires.) L’association de ces trois mots est choquante et de sinistre mémoire ! Mais revaloriser le travail, défendre les familles dans leur diversité, nucléaire, recomposée, monoparentale, homoparentale, et savoir ce qui nous fait tenir debout dans une même nation, oui, c’est important.

Discours d’investiture de Nicolas Sarkozy, le 14 janvier 2007.

« Avec la crise de la valeur travail, c’est l’espérance qui disparaît. Le travailleur qui voit l’assisté s’en tirer mieux que lui pour boucler ses fins de mois sans rien faire ou le patron qui a conduit son entreprise au bord de la faillite partir avec un parachute en or finit par se dire qu’il n’a aucune raison de se donner autant de mal. Le travail est dévalorisé, la France qui travaille est démoralisée. Le problème c’est que la France travaille moins quand les autres travaillent plus. »

Laurence Parisot, présidente du MEDEF, lors de l’assemblée générale, le 25 janvier 2007.

« La meilleure façon de vanter la « valeur travail », c’est de faire parler quelqu’un qui n’en a pas, de comprendre sa souffrance, de voir son sentiment d’exclusion. Mais ces dernières années, il y a eu beaucoup de dérision autour du travail. Si on arrivait à mieux partager la valeur travail, on y gagnerait beaucoup ! (...) Si je prends les trois principaux candidats, Ségolène Royal, Nicolas Sarkozy et François Bayrou, je suis très heureuse d’entendre que tous parlent de la nécessité de réconcilier les Français avec l’entreprise, que tous évoquent la nécessité de revaloriser le travail. Continuons la discussion avec eux et avec d’autres ! »

Entretien avec Nicolas Sarkozy, le Figaro, le 31 janvier 2007.

« Au premier rang, je mettrai la valeur travail dont l’oubli résume à mes yeux toute la crise morale française. Le travail a été délaissé par la droite et trahi par la gauche. Les socialistes ne parlent plus des travailleurs, c’est un signe. Je veux être le candidat du travail. »


« À cinquante ans, on n’est plus rentable »

Ouvrière chez Well, entreprise délocalisée en Chine et en Italie, Brigitte Louvrier a passé sa vie à se battre pour travailler.

« Le mérite ? Mais nous on ne mérite pas ce qui nous arrive ! » Brigitte Louvrier est étuyeuse. Chez Well. Tous les jours, elle « met en boîte » des milliers de collants, au bout de la chaîne de production. D’ici le mois de juin, son travail sera délocalisé. En Chine. 300 des 458 emplois de l’usine du Vigan, dans le Gard, disparaissent. « Notre savoir-faire est bradé, pour de l’argent », tranche l’ouvrière. Alors, tous les discours expliquant que les salariés doivent être « méritants », qu’il leur faut « retrouver le goût de l’effort », pour elle, c’est supercherie.

Brigitte Louvrier a cinquante ans. Sa vie active, c’est l’usine, le SMIC, la course aux rendements. Non syndiquée, elle se contentait jusque-là de son sort, un travail pourtant dur, payé 1 200 euros. Dans l’usine, quelques primes arrondissent les fins de mois, mais il faut alors travailler en deux-huit ou trois-huit, où encore se tuer à la tâche pour bénéficier de la « prime de rendement », qui offre quelques centimes de plus quand le plafond de production est dépassé. « C’est très difficile d’arriver au rendement. On travaille comme des forcenées. Il faut à la fois aller vite et produire de la qualité », témoigne-t-elle.

Mère de deux enfants adultes, celle qui aujourd’hui « attend les évènements avec anxiété », a tout fait pour trouver sa place chez Well. Après avoir débuté une carrière professionnelle comme aide ménagère à domicile pour les personnes âgées, elle a décroché un travail dans une entreprise textile des Cévennes, qui a fermé, avant de tenter sa chance chez le fabriquant de collants, d’abord avec des remplacements, missions d’intérim et contrats à durée déterminées. Six ans de précarité, à enchaîner les contrats d’un, trois ou six mois, avant que la loi n’oblige l’entreprise à lui signer un CDI pour ne pas se mettre en situation d’abus. « Le travail, c’est important pour les individus, pour gagner sa vie, mais aussi pour avoir une place dans la société », explique posément celle qui sait très bien « qu’à cinquante ans, dans une usine, on n’est plus rentable ».

Alors, elle se bat, pour « sa dignité » même si elle ne sait pas trop contre qui. Propriété du groupe financier Natixis, le patron de Well n’a, pour elle, pas de consistance physique, pas de visage. « On ne sait plus à qui se vouer, c’est confus. Les actionnaires ont pris le pouvoir sur la politique, ils mettent l’argent en premier et non l’humain. » Avec ses collègues, elle accuse le système qui détruit leur usine et promet « une surprise politique aux élections de 2007 ». Brigitte Louvrier lâche ce cri du coeur comme une menace, avant de se rabrouer : « Les gens, ça les dégoûte d’aller voter. Mais ils en ont ras-le-bol. Ce qu’il faut, c’est sortir ensemble dans la rue. »


Le chiffre : 19

Chaque heure de travail en France permet de produire 19 % de plus que la moyenne dans le reste de l’Union européenne. Avant l’entrée en vigueur des 35 heures, en 1997, le différentiel était de 15 %.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !