Liste des auteurs

Pierre-Henri Lab | L’Humanité du 23,11,2007

Régimes spéciaux : La mobilisation s’installe dans la durée

samedi 24 novembre 2007 par Pierre-Henri Lab
Régimes spéciaux . La plupart des AG votent la reprise du travail à la SNCF et à la RATP. Les grévistes préviennent qu’ils resteront vigilants.

Alors que les négociations tripartites (État, direction d’entreprise et organisations syndicales) doivent rentrer dans le vif du sujet dans les prochains jours, le mouvement contre la réforme des régimes spéciaux s’est acheminé hier vers « une suspension de la grève reconductible » engagée le 14 novembre dernier.

À la SNCF où, dès le début de la grève, les syndicats ont prévenu que les assemblées générales décideraient de la reconduite du mouvement, celles qui se sont tenues hier matin ont confirmé la tendance à la reprise du travail observée la veille. Aucun syndicat n’appelant à la reconduction, la quasi-totalité d’entre elles ont voté la suspension. Confirmant ainsi les chiffres de la direction selon lesquels le taux de grévistes est passé de 22,8 % mercredi à 14,5 % hier. « Les agents qui ont pris connaissance du déroulement de la première séance de négociation décident d’adopter des modalités de mobilisation plus adaptées à la durée des discussions, qui est de près d’un mois », explique Gregory Roux, membre du secrétariat fédéral de la CGT cheminots. Le responsable syndical prévient que « les cheminots seront vigilants ». « Tout dépend maintenant du déroulement et de l’issue des négociations. Si leurs revendications ne sont pas satisfaites, ils en tireront les conséquences et décideront des modalités d’y parvenir », précise-t-il. La CGT, qui s’est engagée « à informer les salariés en temps réel de l’avancement des négociations », a décidé également de « les consulter à l’issue du processus ».

La première séance de négociation qui s’est tenue mercredi au siège de la SNCF a confirmé que le cadre général de la réforme ferait l’objet d’un débat. « L’État n’est pas opposé à évoquer les principes d’harmonisation de la réforme », ont déclaré ses représentants. Un calendrier de discussion a été arrêté. Cinq tables rondes consacrées à l’examen des revendications des agents seront organisées. Enfin, la direction de la SNCF a décidé de « mesures immédiates » comme la création d’un dixième échelon supplémentaire ou « le passage progressif sur trois ans de 50 à 54 % de la pension de réversion ».

« la suspension de la grève »

À la RATP, au lendemain de la première séance de négociation (voir l’Humanité de mercredi), la tendance était hier aussi à la reprise du travail après que de nombreuses assemblées générales ont voté « la suspension de la grève ». Seul SUD a appelé « sans conviction » à la reconduction. Le taux de grévistes est passé selon la direction de 16,4 % mercredi à 11,7 % hier. Comme à la SNCF, les responsables syndicaux ont prévenu que, « en aucun cas, il ne s’agissait d’une fin de conflit ». « Les négociations sont placées sous la surveillance des agents qui n’hésiteront pas à réagir si leurs revendications ne sont pas satisfaites », explique Jacques Eliez, porte-parole de l’Union syndicale CGT RATP. Le syndicaliste précise que la CGT informera les agents tout au long du processus et qu’elle les consultera à l’issue de celui-ci.

Dans les industries électriques et gazières, les négociations sur le fond se sont ouvertes hier. Comme pour les autres régimes, elles prévoient que le cadre général de la réforme soit débattu. Pour peser sur les négociations, « la CGT a décidé de s’adresser aux autres syndicats et de leur proposer d’organiser un temps fort de mobilisation le 27 novembre prochain », explique Maurice Marion, porte-parole de la FNME CGT.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !