Liste des auteurs

F.-X.Bourmaud., avec PATRICK BOTTOIS | Le Figaro du 17 janvier 2007-01-18

Renault trouve une astuce anti-35 heures

jeudi 18 janvier 2007 par François-Xavier Bourmaud, PATRICK BOTTOIS
Le groupe propose aux salariés de Sandouville de prendre leurs RTT à l’avance pour s’adapter à la charge de travail.

RENAULT aurait-il trouvé la martingale pour sortir des 35 heures ? La direction de l’usine de Sandouville, près du Havre, vient en tout cas de proposer aux salariés un avenant original à l’accord sur la réduction du temps de travail. Pour éviter le chômage technique, lié à la sous-utilisation actuelle du site de production spécialisé dans le haut de gamme, les ouvriers pourront prendre en 2007 les jours de RTT de 2008 et 2009. L’année dernière, les 4 350 salariés de l’usine ont produit 119 000 véhicules contre 301 000 en 2002 à cause du ralentissement de la production du modèle Laguna. Mais sa remplaçante, connue sous le nom de code X91, ne sera pas lancée avant plusieurs mois. D’où des périodes de chômage technique qui coûtent autant à l’entreprise qu’aux salariés.

« Les salariés redonneront ces journées en période haute d’activité, mais cela veut dire immédiatement une bouffée d’oxygène en terme de salaires », explique Jean-Luc Lefrançois, délégué CFDT. Selon le directeur des ressources humaines, Hervé Wibaux, « l’objectif est que les salariés cessent de perdre de l’argent tant en salaire qu’en intéressement ». En leur proposant d’utiliser leurs RTT avec deux ans d’avance, la direction n’a toutefois pas convaincu l’ensemble des salariés, loin s’en faut. Si la CFE-CGC et la CFDT ont ratifié l’accord, qui sera désormais appliqué, la CGT et FO n’y ont pas souscrit.

La CGT et FO hostiles

Pour la CFDT, ne sachant de quoi demain sera fait, il vaut mieux tenir que courir, d’autant que le versement intégral des salaires permet de toucher aussi la prime aux bénéfices et que travailler plus à l’avenir pour rattraper du temps n’a rien d’incongru. En revanche, pour la CGT, la proposition est irrecevable car si elle permet aux salariés d’être payés à 100 % de leur salaire durant ces journées de RTT, il leur faudra ensuite les « payer » en temps de travail alors qu’il suffirait de diminuer la production quotidienne pour éviter les journées chômées. Quant à FO, le syndicat estime que les journées de RTT imposées devraient avoir une date limite de récupération en temps de travail et que, passé cette date, la direction doit en assurer le financement.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !