Liste des auteurs

Pierre-Henri Lab | L’Humanité du 27,11,2007

Retraites : Électriciens et gaziers maintiennent la pression

mercredi 28 novembre 2007 par Pierre-Henri Lab

À l’ouverture des négociations dans les industries électriques et gazières, les syndicats se déclarent « offensifs ».

Les négociations sur le régime spécial de retraites des industries électriques et gazières rentrent aujourd’hui dans le vif du sujet. C’est en effet ce matin, au siège de Gaz de France, que les cinq fédérations de l’énergie (CGT, FO, CFDT, CFTC et CFE-CGC) retrouvent les directions d’entreprises et les représentants de l’État pour discuter de la question des - rémunérations.

Une première séance placée sous la pression des salariés, puisque la CGT énergie les appelle à se mobiliser « sous des formes à définir en assemblée générale (rassemblement devant les préfectures, arrêt de travail, reprise en main de l’outil de production, coupures ciblées et opérations "Robin des bois" de rétablissement du courant aux plus modestes) ». À l’ouverture des discussions, les syndicalistes affichent un état d’esprit « offensif ». « Nous entendons continuer à nous opposer au cadre général de la réforme, mais notre objectif est également de conquérir de nouveaux droits », explique Maurice Marion, le porte-parole de la CGT énergie. « La CFDT est décidée à obtenir des mesures sonnantes et trébuchantes », affirme Marie-Hélène Gourdin.

La CGT entend entre autres proposer d’améliorer « le taux de réversion des retraites de 50 % à 60 % dans un premier temps, puis d’aller vers les 75 % ». Le syndicat majoritaire dans la branche, qui continue à s’opposer à la désindexation des pensions des salaires, exige une « revalorisation de 12,6 % de la grille salariale, et donc des pensions, pour que désormais aucun traitement ne soit inférieur au SMIC ». La CFDT réclame « une hausse de 8 % de la pension minimale » et une revalorisation de 7 %. « Il est normal que les salariés bénéficient aussi des bons résultats des entreprises du secteur », explique Marie-Hélène Gourdin.


Maurice Marion Porte-parole de la CGT énergie

« Nous abordons ces négociations avec l’objectif de permettre aux salariés des industries électriques et gazières de conquérir de nouveaux droits. C’est pourquoi la FNME CGT, qui s’est engagée à les informer en temps réel du contenu des discussions, propose aux salariés et aux autres fédérations syndicales de faire de ce mardi 27 novembre une journée de mobilisation et d’actions pour maintenir la pression sur les directions d’entreprise et le gouvernement alors que se tient la première véritable séance de négociation sur l’avenir du régime spécial de retraite des électriciens et gaziers. Le rapport de forces construit depuis le 18 octobre dernier a déjà contraint le gouvernement à accepter que les revendications des salariés et de leurs organisations syndicales soient examinées. À la CGT, notre objectif est que la négociation aboutisse à l’ouverture des droits à la retraite à 60 ans, et 55 ans dans le cadre des pénibilités au travail, avec un taux de remplacement de 75 %. »

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !