Liste des auteurs

Alain Raynal | L’Humanité du 28.11.2007

Rio Tinto achève ce qui restait de Pechiney

vendredi 30 novembre 2007 par Alain Raynal
MétalLurgie . Deux mois après le rachat d’Alcan, le groupe anglo-australien se débarrasse de 11 000 salariés ex-Pechiney pour satisfaire les actionnaires.

Le dépeçage s’accentue de ce qui fut l’un des fleurons de l’industrie française, à savoir le groupe Pechiney. Moins de deux mois après l’acquisition du Canadien Alcan, qui lui-même s’était payé Pechiney en 2003, par le mastodonte minier anglo-australien Rio Tinto, ce dernier a annoncé lundi la cession de toute la branche produits usinés d’Alcan-Pechiney. Cette activité représente 5 500 emplois répartis dans 14 usines en France, dont celles d’Issoire (Puy-de-Dôme) produisant des tôles d’aluminium pour l’aéronautique, de Neuf-Brisach (Haut-Rhin), du site de recherche et de développement de Voreppe (Isère)…

Cette cession, à laquelle les dirigeants de Rio Tinto avaient récemment promis de ne pas procéder, fait suite à celle déjà programmée des activités emballage concernant, toujours en France, 5 500 salariés travaillant sur 25 sites. Par ces deux ventes, Rio Tinto se débarrasse des deux tiers et plus des 15 000 emplois restants de l’ancien groupe Pechiney. Déjà, avant et à la suite de l’OPA d’Alcan sur Pechiney, la production d’aluminium primaire avait été progressivement stoppée sur le territoire national. Les usines emblématiques des Pyrénées et des Alpes successivement fermées.

Tout en agitant la menace de suppressions d’emplois, le géant minier Rio Tinto qui veut se concentrer dans les mines prévoit avec ces cessions des ventes d’actifs s’élevant à 15 milliards d’euros pour 5 milliards annoncés lors de l’achat d’Alcan. Surtout, les dirigeants de Rio Tinto s’engagent dans le même temps à augmenter de 30 % le dividende des actionnaires pour 2007 et accroître ceux de 2008 et de 2009 d’au moins 20 % chacun.

Contrairement aux déclarations de Rio Tinto ou d’Alcan, dénonce la CGT dans un communiqué, l’objectif « n’est pas de consolider une entreprise, mais bien de rechercher les plus gros profits possibles pour les actionnaires quitte à vendre des activités pour pouvoir payer leurs exigences ». Pour la CGT, la cession des produits usinés constitue « un véritable gâchis qui prive l’entreprise de moyens de développement, qui casse les collectifs de travail, qui déstructure les équipes de recherche et qui va saigner des milliers d’emplois… » Détruisant ainsi en quatre ans, poursuit le syndicat, le patrimoine industriel de Pechiney construit grâce au travail des hommes pendant un siècle. « Cette réalité donne envie de vomir », n’hésitent à apostropher les syndicalistes révoltés par le gâchis des richesses produites et l’enrichissement de dirigeants et d’actionnaires.

À l’usine Alcan de Neuf-Brisach où deux ateliers emploient 500 personnes sur un total de 1 600 concernées par la cession de la branche produits usinés, les syndicalistes du site ont manifesté hier leur inquiétude quant à la pérennité des activités de vernissage et de tôles d’aluminium. Si, selon l’AFP, le délégué CFDT Patrick Reinbold croit à une reprise d’activité par un nouveau propriétaire, les délégués FO et CGT expriment un tout autre avis. Pour Pascal Andrès (FO), le futur repreneur pourrait envisager l’arrêt de ces deux activités. Jean-François Rzeszutek (CGT) prédit « la séparation de l’usine en deux avec risque à terme de fermeture ».

Alors qu’elle s’était empressée de donner son feu vert en octobre dernier à Rio Tinto pour la vente d’Alcan, la ministre de l’Économie Christine Lagarde a déclaré qu’elle allait « suivre avec une extrême vigilance ce dossier dans les mois à venir ». Ce qui n’est pas pour rassurer les salariés et les syndicalistes quand on sait que le même ministère se faisait fort d’avoir obtenu des « engagements précis » du géant minier pour maintenir les sites en France et toute l’activité de recherche-développement.

Dans le même mouvement de cession, Rio Tinto se débarrasse aussi de l’activité mondiale de talc dont le site de Luzenac dans l’Ariège.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !