Liste des auteurs

ELSA BEMBARON. | Le Figaro le 09 octobre 2007

Rio Tinto bientôt gestionnaire de l’héritage de Pechiney

mardi 9 octobre 2007 par Elsa Bembaron
A l’issue de l’OPA sur Alcan, le groupe minier aura la haute main sur l’ancien roi de l’aluminium français.

L’OFFRE de rachat de Rio Tinto sur Alcan touche à son dénouement. Les principales autorités de marché ont donné leur feu vert. Le géant minier s’est donné encore quinze jours, jusqu’au 23 octobre, pour ramasser plus de 66,66 % du capital d’Alcan. Date que sa direction n’exclut pas de repousser une nouvelle fois (l’offre initiale arrivait à terme le 24 septembre), sans pour autant douter de l’issue positive de la transaction avant la fin de l’année.

Rio Tinto s’apprête donc à payer 38,1 milliards de dollars en numéraire. Un montant jugé trop élevé par certains analystes, destiné « à mettre KO les autres candidats au rachat d’Alcan, dont Alcoa », explique au Figaro Guy Elliot, directeur financier de Rio Tinto.

Pour financer cette opération, qui doit le propulser au premier rang mondial des producteurs d’aluminium, Rio Tinto va lever la dette la plus importante de l’histoire de l’Angleterre. Pas de quoi émouvoir outre mesure Guy Elliott : « Nous générons un milliard de dollars de cash-flow par mois et nous allons céder au moins dix milliards de dollars d’actifs ». D’ores et déjà, le groupe anglo-australien passe en revue tous ces métiers et cédera les actifs non stratégiques et ceux qui seront relativement petits dans le nouvel ensemble.

De quoi réveiller les inquiétudes des employés de Luzenac (Ariège) où Rio Tinto exploite la plus grande carrière de talc au monde. « La qualité des actifs français est unique au monde et le marché mondial du talc est très porteur », assure Andrew Mackenzie, directeur de la division diamants et minéraux de Rio Tinto.

En revanche, l’avenir de l’usine ex-Pechiney de Lannemezan est scellé : elle sera fermée, comme prévu par Alcan. De même la branche emballage d’Alcan sera vendue, comme annoncé en mai dernier, deux mois avant l’OPA de Rio Tinto. « Les discussions ont commencé, nous avons rencontré plusieurs acheteurs potentiels très intéressés. Nous espérons arriver à un accord dans les tout prochains mois », ajoute Guy Elliott. Il n’est pas impossible que le repreneur soit originaire du Moyen-Orient, comme ce fut le cas pour la branche plastic de General Electric.

La France affectée

« Rio Tinto veut se concentrer sur l’amont », ajoute Guy Elliott, au risque de rallumer les interrogations au sein de la branche produits usinés d’Alcan, qui ne répond pas à cette définition. L’avenir de deux sièges sociaux (sur quatre) que compte encore Alcan en France semble donc compromis. En revanche, la direction de Rio Tinto insiste volontiers sur la qualité de la recherche et développement en France, héritée directement de Pechiney, et dans laquelle le groupe devrait continuer à miser.

Cette année, le groupe a investi plus de 5 milliards de dollars en croissance interne. Montant qui devrait être dépassé l’année prochaine. Le minier parie sur un maintien des prix des matières premières à des niveaux élevés. La demande en aluminium devrait quant à elle rester soutenue, grâce à une progression de 15 % par an en moyenne du marché chinois.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !