Liste des auteurs

Salvatore Aloïse | Le Monde du 16 mai 2007

Romano Prodi à l’épreuve de la réforme des retraites

mercredi 16 mai 2007 par Salvatore Aloïse

Les prochaines semaines s’annoncent houleuses sur le front social pour le gouvernement de centre-gauche de Romano Prodi. Une grève de la fonction publique a été proclamée pour début juin afin de solliciter le renouvellement du contrat des fonctionnaires. Le coup d’envoi, le 9 mai, de la concertation entre les partenaires sociaux pour la réforme des retraites, s’est soldé par un échec. Les syndicats ont annoncé qu’ils sont prêts à une grève générale si un accord n’est pas trouvé.

Alors que le FMI rappelle que la réforme des retraites est "cruciale" pour les comptes publics du pays, le président du Conseil, lui, se montrait, malgré tout, confiant. Il a voulu minimiser les tensions qui, selon lui, sont inévitables lorsque l’on veut toucher à un système aussi complexe que celui des retraites. Quant à la fonction publique, toujours selon Romano Prodi, l’accord serait à portée de main.

La réforme des retraites divise pourtant la coalition gouvernementale elle-même. Le ministre de l’économie, l’ancien membre de la Banque centrale européenne Tommaso Padoa-Schioppa, qui se veut le garant de l’équilibre financier, ne cesse de rappeler que le redressement économique, malgré l’embellie de ces derniers temps, n’est pas encore consolidé. L’aile radicale de la coalition, en premier lieu Refondation communiste, exige, elle, moins de rigueur. Elle fait valoir que le gouvernement dispose d’une cagnotte de recettes fiscales supplémentaires qui devrait se chiffrer, en 2007, à 10 milliards d’euros. Mais le ministre de l’économie ne veut consacrer qu’un quart de cette somme à la réforme de l’Etat-providence, le reste devant servir à la réduction du déficit public.

Les syndicats n’ont pas apprécié non plus l’ultimatum de M. Padoa-Schioppa, qui menace de laisser le système des retraites concocté par le gouvernement Berlusconi comme il est si un accord global n’est pas trouvé d’ici à juin.

"GRAND SAUT"

Les syndicats réclament la suppression du relèvement en une seule étape, au 1er janvier 2008, de l’âge de la retraite de 57 à 60 ans, avec trente-cinq ans de cotisations. C’est le fameux "scalone" - le "grand saut" - prévu par la loi Maroni, du nom de l’ancien ministre du travail de Silvio Berlusconi. Une "iniquité", selon les syndicats et le ministre actuel du travail lui-même, Cesare Damiano. L’aile gauche de la coalition rappelle que le programme gouvernemental du centre-gauche avait supprimé ce projet.

A sa place, le gouvernement envisage un relèvement plus graduel alors que les régimes de retraites privilégiés, à commencer par ceux des parlementaires, seraient abolis. Un autre sujet de désaccord est l’utilisation, pour tenir compte de l’allongement de l’espérance de vie, d’un nouveau coefficient tenant compte du dernier salaire et qui se traduit par une baisse des pensions.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !