Liste des auteurs

Article de Richard Heuzé paru dans Le figaro le 23 juin 2006,

Rome et Moscou signent un accord stratégique dans l’énergie

vendredi 23 juin 2006 par Richard Heuzé
Aux termes d’un accord conclu avec la Russie, l’Italie espère échapper aux pénuries d’approvisionnements de gaz.

EN avant-première de la rencontre des pays du G8 qui se déroulera le 15 juillet à Saint-Pétersbourg, et qui sera assez largement consacrée à l’énergie, la Russie et l’Italie ont signé un accord stratégique dans ce domaine lors de la visite de Romano Prodi à Moscou, mardi. Cet accord jette les bases d’une collaboration fondée sur la réciprocité : la compagnie italienne d’hydrocarbures ENI participera à l’exploitation de gisements pétroliers en Sibérie tandis que le groupe russe Gazprom pourra vendre du méthane directement sur le marché italien. Les industriels des deux pays vont maintenant examiner diverses hypothèses de collaboration. L’administrateur délégué de l’ENI, Paolo Scaroni, a rencontré à Moscou le président de Gazprom, Alexej Miller.

Approvisionnements détournés

Le modèle de référence pourrait être l’accord convenu en mai dernier entre Vladimir Poutine et la chancelière allemande, Angela Merkel. Il prévoit un échange d’activités entre Gazprom et BASF avec l’entrée du groupe allemand à hauteur du quart du gisement Yuzhno-Russkoe, dont les réserves sont évaluées à mille milliards de mètres cubes.

L’autre volet de l’accord passe par l’entrée de Gazprom sur le marché italien de détail. Le ministre de l’Industrie, Pierluigi Bersani, a présenté la semaine dernière un projet de loi libéralisant l’accès du méthane au consommateur.

L’hiver dernier, le pays avait souffert de pénurie pendant plusieurs mois, 15% des approvisionnements italiens ayant été détournés par l’Ukraine. Or, la situation reste tendue dans cette région. L’expert en relations eurorusses, Emmanuel Goût, constate que « les industries ukrainiennes ne remplissent pas leurs réserves comme elles le devraient à cette époque de l’année. Quant aux incertitudes politiques, elles risquent de se régler par un nouveau bras de fer avec Moscou qui conduirait les Ukrainiens à pomper de nouveau cet hiver le pétrole russe traversant leur territoire à destination de l’Europe ». Avec cet accord avec Gazprom, l’Italie espère échapper aux pénuries l’hiver prochain. En marge de ces discussions énergétiques, Finmeccanica a obtenu de participer aux côtés de Sukhoi au développement d’un petit appareil de transport régional de 75 à 100 places destiné au marché russe.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !