Liste des auteurs

Marc Egloff, le Figaro du 30.11.14

upture stratégique majeure pour le géant de l’énergie allemand E.on

lundi 1er décembre 2014 par Emmanuel Egloff
Le géant allemand de l’énergie E.on revoit toute sa stratégie. Il va se séparer de ses activités traditionnelles de production d’électricité. Ses effectifs vont passer de 62000 à 20000 personnes.

Des dépréciations pour 4,5 milliards d’euros, une scission du métier historique et des cessions de grande ampleur. Le géant allemand de l’énergie E.on révise de fond en comble toute sa stratégie. Le groupe, qui opère dans l’électricité et les énergies renouvelables, a tenu un conseil d’administration dimanche 30 novembre qui a acté des changements majeurs. En se recentrant sur les activités des énergies renouvelables, du négoce d’énergie et des solutions clients, E.on va faire passer ses effectifs de 62.000 salariés aujourd’hui à seulement 20.000 en 2016.

Pour y parvenir, le groupe va se séparer de son métier traditionnel de production conventionnelle d’électricité. Il va céder placer ces activités dans une nouvelle entité, dont il va céder la majorité des actions à ses actionnaires et introduire le solde en Bourse.

Les branches ne correspondant pas exactement à ces deux nouvelles entités vont être cédées. C’est déjà fait pour les activités espagnoles et portugaises, vendues à l’australien Macquarie pour 2,5 milliards d’euros. Ces derniers mois plusieurs autres cessions ont déjà été réalisées, notamment aux Etats-Unis et en Finlande. La branche italienne fait régulièrement l’objet de rumeurs de cession. Et les dirigeants vont « examiner les options stratégiques » pour les activités d’exploration en mer du Nord.

Cette nouvelle stratégie est la conséquence directe de la transition énergétique mise en place en Allemagne depuis quelques années, qui a fragilisé le modèle économique des acteurs de l’énergie. « Le modèle d’E.on d’un large éventail d’activité ne correspond plus aux nouveaux défis », a expliqué Johannes Teyssen, le PDG d’E.on, dans un communiqué.

Conséquence de ces bouleversements, le groupe va déprécier certains de ses actifs pour un montant de 4,5 milliards d’euros dans les comptes du quatrième trimestre 2014.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !