Liste des auteurs

Un article de Marc Cherki paru dans le Figaro du 23 septembre 2005

STMicroelectronics met le prix pour susciter 1000 départs

vendredi 23 septembre 2005 par Marc Cherki
Le fabricant franco-italien de puces s’est donné jusqu’à fin 2006 pour mettre en œuvre son plan

Si Hewlett-Packard s’est donné jusqu’à fin 2006 pour mettre en œuvre son plan de départs, STMicroelectronics compte aller beaucoup plus vite pour supprimer 1000 postes dans l’Hexagone. « Le dernier départ doit intervenir en juin 2006 », prévient Thierry Denjean, directeur des ressources humaines en France du fabricant franco-italien de puces.

Le projet a été annoncé en mai ; et le document de restructuration sera remis le 28 septembre au comité centrale d’entreprise, à Montrouge. « L’objectif est d’éviter les licenciements secs », explique le responsable.

Le groupe mettra la main à la poche pour susciter des départs volontaires. Des primes supplémentaires sont versées aux salariés dont la demande de mobilité externe est validée rapidement. « Ils devraient toucher, en plus de leur indemnité, 15000 euros pour une démarche volontaire validée avant le 30 novembre 2005 et 10000 euros avant le 31 janvier 2006 », explique Thierry Denjean.

Un salarié volontaire au départ touchera au minimum 20000 euros et au maximum 26 mois de salaires. « Un salarié qui a entre 5 et 9 ans d’ancienneté pourra percevoir 0,8 mois de salaire par année complète de présence. Pour une personne ayant entre 10 et 14 ans d’ancienneté, l’indemnité de rupture sera d’un mois par année de présence », détaille le responsable des ressources humaines.

Dans le cadre d’un départ pour création d’entreprise, une somme forfaitaire de 45000 euros sera versée. « Nous essayons de regrouper tous nos dispositifs d’aides dans deux centres de ressources des services partagés dans la banlieue d’Aix et dans les environs de Grenoble », ajoute Thierry Denjean.

STMicroelectronics n’est pas dans la même situation que Hewlett-Packard. Le groupe a bénéficié de grosses subventions. Le seul site CrollesŽ2, en Isère, a reçu 543 millions d’euros d’aides publiques sur la période 2002-2007. « Mais nous avons respecté nos engagements en matière d’emplois, tempère Thierry Denjean.

STMicroelectronics a créé 3 400 emplois en France depuis 1997. Les effectifs sont de 10 400 salariés, y compris les personnes en contrat à durée déterminée. » Depuis 1997, STMicroelectronics a investi au total 3,3 milliards d’euros en France. Et l’entreprise verse aux collectivités territoriales, au titre de la taxe professionnelle, environ 70 millions d’euros par an.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !