Liste des auteurs

Article de JEAN-BERNARD LITZLER Publié dans le Figaro le 19 octobre 2006

Santé : les Français ne veulent pas payer plus

jeudi 19 octobre 2006 par Jean-Bernard Litzler
Une majorité des personnes interrogées doute que l’augmentation des dépenses permettrait une meilleure qualité de soins.

LES FRANÇAIS s’estiment mieux soignés qu’ailleurs, mais de moins en moins bien remboursés. Et s’ils sont prêts à payer plus de leur poche pour certains soins précis, une majorité refuse de cotiser davantage au nom de la solidarité, selon un sondage réalisé par l’institut LH2 et AG2R Prévoyance.

Clairement, les 1 005 adultes interrogés estiment que notre ­système de santé est l’un des meilleurs du monde (83 %) et que la branche maladie de notre système de sécurité sociale reste la meilleure illustration de la solidarité entre les Français (à 60 % devant l’aide aux personnes âgées et le système de retraite).

En revanche, « les sondés expriment une déception forte, souligne François Miquet-Marty, directeur des études politiques à LH2. Ils reprochent à leur système de santé d’être inégalitaire avec une qualité de soins qui se détériore et des dépenses de moins en moins bien remboursées. » Des opinions négatives très majoritaires : 80 % pour l’inégalité et 78 % pour les problèmes de remboursement. Seule une minorité (45 %) serait prête à augmenter sa contribution pour conserver un système de soins accessibles à tous. Une petite majorité (53 %), à l’inverse, doute qu’une hausse des cotisations permettrait d’améliorer les soins pour tous. Même hésitation pour les prises en charge directes des soins médicaux par la Sécurité sociale. Une moitié seulement des personnes y sont prêtes.

Le régime de solidarité établi après la guerre rencontre donc des limites dans l’esprit de beaucoup de Français qui jugent aussi sans doute qu’avant d’augmenter les cotisations, des économies pourraient être faites pour améliorer le « rendement » de notre système de santé.

Système à deux vitesses

« La situation est inquiétante, estime François Miquet-Marty, nous sommes au pied du mur. » Une situation plus complexe que celle des retraites où les mentalités commencent à évoluer. « Nos études sur le système de retraite français montrent que la voie de l’individualisation est de mieux en mieux acceptée, explique le sondeur. Le principe des fonds de pension et de la retraite à la carte, par exemple, fait son chemin. »

Rien de tel pour l’assurance-maladie. Si les Français envisagent de dépenser plus pour leur santé, c’est pour certains soins bien précis (la vue à 76 %, les dents à 72 % ou le diabète à 68 %), qui sont de toute façon déjà très mal remboursés par la Sécurité sociale. Pour le reste, ils ne sont pas prêts à un système à deux vitesses sur le modèle américain. Pourtant, chacun s’accorde à reconnaître (80 % des sondés) que les dépenses de santé prendront une part croissante à l’avenir.

L’enquête révèle en outre que les Français craignent davantage de tomber dans un état de dépendance (29 %) que d’être atteint d’une maladie grave (25 %). « Dans une société de plus en plus individualisée, cette dépendance passe de moins en moins bien, précise François Miquet-Marty. La gestion autonome de sa vie dans tous ses aspects devient une priorité. ».

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !