Liste des auteurs

Stéphanie PLATAT | LIBERATION.FR : le 17 juillet 2007

Service minimum : le Sénat s’attaque au droit de grève

mardi 17 juillet 2007 par Stéphanie PLATAT
La loi sur le service minimum dans les transports est examinée aujourd’hui par le Sénat • Elle vise à assurer la circulation d’un minimum de trains les jours de grèves • Les syndicats dénoncent « une atteinte caractérisée au droit de grève ».

Jusqu’à neuf heures de retard pour les trains ralliant Paris à la Bretagne la nuit dernière. En cause, la pluie et la foudre qui se sont abattues sur le trajet des TGV et des trains régionaux.

90% des perturbations dans les transports en commun sont dus à des problèmes techniques et non aux mouvements d’humeur revendicative des cheminots. N’empêche, le Sénat examine aujourd’hui le texte de loi sur le service minimum. Volonté de Nicolas Sarkozy incluse dans son paquet de promesses électorales.

Pour les syndicats, ce projet est "une atteinte caractérisée au droit de grève". Pour le ministre du Travail Xavier Bertrand, "ce projet de loi sur le dialogue social et la continuité du service public dans les transports terrestres de voyageurs doit permettre d’assurer aux usagers, en cas de grève ou de perturbation prévisible, un service réduit mais organisé".

Si le texte est adopté, une déclaration préalable de mise en grève du personnel devra être déposée 48 heures avant le débrayage effectif, ceci pour prévenir les usagers que des perturbations sont à prévoir ce jour là. Une préparation psychologique à la grogne dans les gares. Les entreprises disposeront ainsi de deux jours pour faire changer d’avis leurs futurs grévistes... par la négociation ou autre.

Le projet entend également obliger les salariés à voter à bulletin secret la poursuite de la grève après huit jours de conflit. Jusque-là, le vote se faisait à main levée... intimidant. Enfin, le projet de loi induit le non-paiement des jours de grève, ce qui en soit était déjà établi. En effet, l’absence de prise en compte des jours de grève sur la fiche de paie n’est absolument pas systématique, elle fait généralement partie des négociations de sortie de grève. Et rien n’est jamais gagné là-dessus.

Xavier Bertrand a rappelé que le projet de loi sur le service minimum ne serait pas étendu à d’autres secteurs que celui des transports. Les hôpitaux de toutes façons connaissent déjà le système de réquisition de personnel. Le ministre a de plus assuré les syndicats qu’il tiendrait compte des amendements visant "à garantir explicitement le droit de grève des salariés". Un sondage Ifop paru dimanche dans Ouest-France a montré que plus de sept Français sur dix se disent favorables à une "limitation du droit de grève pour permettre la mise en place d’un service minimum dans les transports". Sauf qu’en région celui-ci existe déjà plus ou moins avec les conventions signées par la SNCF pour la circulation des TER même en période de grève.


Au ministère, il y a le feu aux posts

340 messages ont été laissés en moins d’une semaine sur le forum consacré au service minimum sur le site Internet du ministère du Travail.

Le post est daté du 16 juillet, son auteur est Nicolas Sarkozy, conducteur SNCF et représentant du personnel CGT. Nicolas Sarkozy est décomplexé dans son engagement en faveur du droit de grève et contre le service minimum, pour prévenir les grève il a sa petite recette : "Il suffit pour cela de respecter l’accord sur l’amélioration du dialogue social et de la prévention des conflits. Le problème, c’est que la Direction de la SNCF, baffoue cet accord au quotidien."

En fait, ce Nicolas Sarkozy écrit sous pseudo. Il est l’un des participants au forum de discussion sur la loi service minimum dans les transports ouvert le 9 juillet dernier par le ministère du travail et des affaires sociales. Depuis, il y a le feu aux posts. 340 en moins d’une semaine.

"C’est pour se faire sa propre opinion maison" commentait un syndicaliste de Sud Rail en apprenant l’existence de ce forum. Tout circule sur ce forum, évidemment modéré, du syndicalistes qui veut faire entendre sa voix et parler notamment des agressions, de la dégradation de leurs conditions de travail. Et des usagers, ou clients, qui ont fait de la lutte des classes, anti-fonctionnaires, leur croisade du troisième millénaire.

Peletol le 15 juillet faisait remarquer que "si les travailleurs de la SNCF ont un statut social que tout le monde leur envie c’est grâce à l’engagement des syndicalistes qui les réprésentent, valablement et démocratiquement élus" pour mieux balancer ensuite sur le projet gouvernemental , "L’enjeu du gouvernement est de commencer à briser les droits sociaux français très protecteurs pour les salariés en commençant par le plus emblématique d’entre-eux : le droit de grève".

Peletol est du genre à s’endormir un peu sur le clavier, aussi finit-il par conclure à la papi moraliste "Autant piétiner nos ancêtres et leurs luttes sociales".

Peletol se prend une bonne droite par Octave, qui lui rappelle le "devoir" du service public. "Le droit de tout le monde de circuler, de travailler, d’aller à l’école est bien plus important que le droit de grève d’une poignée d’aristos du statut social. Ces gens profitent de leurs positions stratégiques (trains, bus, métros, avions) pour imposer tous leurs caprices en prenant systématiquement leurs concitoyens en otages". Et que revoilà les otages échoués sur les quais de gare.

JLF est le cul entre deux strapontins de métro. Et ce n’est pas une position très confortable." Je suis tout à la fois attaché au droit de grève et au droit du travailleur." Alors comment trancher ? " Au nom de quoi quelques dizaines de grevistes interdiraient-ils à des millions et des millions de voyageurs le simple accès à leur travail ? Donc oui au droit de grève et OUI A LA LOI POUR LE SERVICE MINIMUM."

JLF se la joue normande mais finalement sort du placard, et revendique son vote de mai dernier, "J’ai voté pour le Président Sarkozy aussi pour qu’il fasse que cette loi soit votée" Non mais ! Et il a bien eu raison JLT car Crisma le félicite pour sa prise de position courageuse...

Anonyme en veut plus. "Le projet de loi est bien loin d’une remise en cause du droit de grève ;quand on le lit de près, il est bien loin aussi de la promesse d’un service minimum !"

"Beaucoup de bruit pour rien" est le titre de son post.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !